Critique Electrick Children

21001592_20130425150558691

Sortie : le 26 juin 2013

 

Mon 3ème film de la fête du ciné fut Electrick children. J’ai vu sa bande annonce juste avant la projection de Blackbird et j’ai été étonnée… car à mes yeux, une bande annonce n’a plus de sens quand le film est déjà sorti. Et pourtant, je suis heureuse de m’être trouvée là à ce moment car cette fameuse bande annonce, malgré son retard, m’a permis de voir un film dont je n’avais entendu parler nulle part.

Il est difficile de raconter l’histoire d’un film comme Electrick children.

rory-culkin

Disons qu’il s’agit de l’histoire de Rachel, 15 ans. Cette adolescente vit dans une communauté mormone de l’Utah avec toute sa famille et ne connait évidemment rien à la vie moderne. Fascinée par un vieux lecteur cassette auquel elle n’a pas le droit de toucher, elle finit par se procurer l’appareil et y écoute une chanson interprétée par un rocker local. Bouleversée, elle vit une expérience exceptionnelle… Le problème, c’est que trois mois plus tard, Rachel est enceinte. De qui ? C’est la question que toute la communauté se pose. Rachel, quant à elle, soutient que c’est à cause de la chanson qu’elle est enceinte. Evidemment, personne ne croit à cette étrange immaculée conception. Pour éviter d’être mariée de force, Rachel fonce en direction de Las Vegas à la recherche du chanteur de la cassette.

Electrick children fait certainement partie des meilleurs films que j’ai vu depuis début 2013. Peut-être depuis plus longtemps, je ne sais pas.

Ce film peut être découpé en deux parties : la vie à la communauté et la vie dans le monde réel, si j’ose dire. Rachel passe d’un monde où la prière et l’obéissance sont de mise à une vie de liberté au milieu de jeunes rockers/skaters pour qui la religion n’est pas vraiment une priorité. Comment ses parents la tenaient à l’écart de la vie moderne, elle ne connait rien à rien et aborde les gens avec une naïveté et une douceur qui frisent l’inconscience. Heureusement, elle rencontre une bande de jeunes un peu marginaux qui l’entrainent dans leur sillage. L’un d’eux, Clyde, va la prendre sous son aile… Ces rencontres rythment évidemment ce que je considère comme étant la seconde partie du film.

Electrick children est un film singulier, énigmatique, étrange, original, drôle et touchant. Il est porté par la charmante Julia Garner qui, avec sa petite gueule d’ange, tient merveilleusement bien le rôle de Rachel. J’ai beaucoup aimé sa plongée dans le milieu underground de Las Vegas et notamment sa rencontre avec Clyde, joué avec Rory Culkin. Les jeunes acteurs sont, de toute manière, tous parfaits dans ce film.

Ce qui n’aurait pu être qu’un conte mystique sans queue ni tête est en fait un film profondément humain, au rythme lent…mais sans temps morts. La réalisation est fluide, les images sont belles et la réalisatrice a heureusement évité les clichés et les personnages trop caricaturaux. Pour autant, elle ne nous livre pas un film basé uniquement sur la psychologie des personnages. Electrick children est un film où la nuit, les néons brillants de Las Vegas et la musique ont plus que jamais leur place. Immergés dans l’histoire à 200 %, on en appréciera chaque détail, chaque touche d’humour.

En bref, Electrick children est une sorte de road-movie musical. Il raconte le parcours initiatique de Rachel, une jeune fille qui, grâce à son audace et à son inconscience, va s’ouvrir à la vie et bouleverser son destin. Il s’agit du premier film de Rebecca Thomas, une jeune réalisatrice de 28 ans. Elle semble bien connaître son sujet (ayant été élevée dans la religion mormone non fondamentaliste (ses grands-parents étaient quant à eux mormons fondamentalistes)) mais elle a l’intelligence de ne pas régler ses comptes avec son histoire personnelle dans ce premier film.

4 comments

  1. auroreinparis says:

    L’affiche et ta critique me donne envie de voir ce film, qui est typiquement le type d’oeuvre que j’affectionne. Mais je n’en ai pas entendu parler du tout hormis sur ton blog, comme blackbird d’ailleurs. Et j’ai regardé Blackbird passe presque nulle part. Celui-ci ça doit être pareil. Vraiment très très très dommage !!!

    • Audrey says:

      J’avoue que ça me rend un peu triste de savoir que des films tels que Electrick Children soient si peu distribués et aient si peu de promo… 🙁 Ils mériteraient d’être un peu plus mis en avant.
      J’espère que tu arriveras à le voir, d’une manière ou d’une autre…

    • Audrey says:

      A mes yeux (et pour JS aussi) c’est l’un des meilleurs films de ces derniers temps. On peut trouver le propos un peu tiré par les cheveux mais je sais pas, l’ensemble est très réussi à mes yeux malgré tout. Et puis les acteurs sont géniaux, notamment Rory Culkin que j’adore (mais qui est moins connu que son célèbre grand frère…)

Laisser un commentaire

CommentLuv badge