Critique Effie Gray

effie-gray-2014-02Résumé

L’histoire du mariage malheureux entre Euphemia Gray (Effie) et le critique d’art John Ruskin dans le Londres des années 1840.

zz27Mon avis

En toute honnêteté, je ne connaissais pas vraiment Euphemia Chalmers Millais, née Gray en 1828 et qui, après un premier mariage non consommé avec le critique John Ruskin, a épousé le peintre préraphaélite John Everett Millais (artiste à qui l’on doit notamment le très beau tableau La mort d’Ophélie).

Si elle fut rejetée affectivement et physiquement par son premier mari, qui avoua avoir été dégoûté par son corps (pourtant quand il l’épouse, elle est beaucoup plus jeune que lui et réputée comme une très jolie jeune fille), Effie deviendra finalement l’amie puis la femme d’un peintre auquel elle donnera 8 enfants. Pour l’épouser, il lui faudra demander l’annulation de son premier mariage (puisqu’il aura été non consommé), une décision qui fera scandale et qui la fera déchoir de sa position sociale. Jadis très mondaine, aimant plaire et sortir, elle ne sera notamment plus admise en présence de la reine Victoria.

Dans les années qui suivirent son second mariage, elle posa à maintes reprises pour son mari, qui la représenta souvent en icône de beauté et de fécondité et on sait qu’ils travaillèrent main dans la main, choisissant ensemble les sujets des peintures de Millais, Effie s’impliquant corps et âme dans la carrière de son mari. Ruskin, autrefois le mécène de Millais, jugera l’évolution de sa carrière comme étant une vraie catastrophe, une appréciation peut-être motivée par une certaine… jalousie ?

039a8a249963c95cbc310eb2ff554b30Le film Effie ne nous permettra malheureusement pas de nous plonger dans le quotidien de ce second mariage. Il porte plutôt sur les années de mariage avec Ruskin (dans la vraie vie, ce mariage a duré 5 ans). Entre Londres et Venise, les nombreux voyages, les soirées mondaines, sa vie luxueuse, la jeune mariée aurait tout eu pour être heureuse et pourtant… La mélancolie rode.

Dès les premières images, Effie est présentée comme une jeune fille avide de vivre aux côtés de son mari, qu’elle idolâtre. Elle veut lui plaire, s’occuper de sa maison, avoir des enfants de lui mais Ruskin, en intellectuel froid et complètement détaché, n’est pas le mari attentionné qu’elle attendait. Coincée entre son beau père et sa belle mère, très présents, constamment livrée à elle-même, Effie peine à trouver sa place et se voit reléguée au rang de petite fille sans intérêt. Elle n’a de femme que le titre car elle n’en a ni les plaisirs, ni les responsabilités.

Son amour avec Millais, né lors d’un séjour en Écosse où il était censé peindre le portrait de Ruskin, va finalement sceller  leurs trois destins et surtout, permettre à la jeune femme d’imaginer un avenir où elle sera vraiment considérée en tant qu’être humain.

Effie.Gray.2014.HDRip.XviD.AC3-EVO.avi_snapshot_01.04.36_[2015.03.16_12.04.46]

Le film en quelques mots,

Difficile de savoir quelle est la part de véracité historique dans ce film. Effie est dépeinte comme une jeune femme belle, intelligente mais dotée d’un mari tyrannique et vraiment peu attentionné. Ce qui était vrai. Néanmoins j’ai également lu que la non consommation du mariage était un pacte passé entre les deux époux pour éviter tout risque de maternité et leur permettre de continuer à voyager, ce qu’ils aimaient par dessus tout… Mais qu’elle ait accepté ou subi sa solitude, on peut penser que la jeune femme n’a pas forcément connu un grand bonheur durant ces 5 années.

Le film, que je conseille de voir en vostfr si possible (car la VF est vraiment pas top) est une grande beauté et nous permet de nous plonger dans le Londres victorien que j’aime tant. Il reste néanmoins très sombre, pas forcément porté par une grande joie de vivre, et assez lent. J’avoue également que je ne suis pas spécialement fan de Dakota Fanning qui, à mon sens, manque vraiment de charisme. Elle m’a empêchée de m’attacher vraiment à notre héroïne mais j’ai quand même été contente de découvrir un peu de la vie de cette femme.

14 comments

  1. La Chronique des Passions says:

    J’aime beaucoup ta chronique qui met des mots sur ce que j’ai également ressenti. Un film beau mais aussi très mélancolique.

    • Audrey says:

      Comme dit plus haut en commentaires, le film n’est pas sans défauts et je trouve que l’actrice principale est un peu « éteinte » ce qui n’aide pas à apprécier le personnage mais ça reste une belle découverte, notamment si l’on aime le préraphaélisme et les histoires qui parlent de la condition féminine.

  2. Le Vampire Aigri says:

    Dakota Fanning, celle qui hurle de façon stridente dans La Guerre des Mondes.
    Roh, je sais, c’est méchant, mais à l’époque, gamine, elle m’avait percé les tympans au cinéma !

    Je n’avais pas du tout entendu parler de ce film mais il m’intéresse vivement ! Millais, avec Waterhouse, est un de mes peintres préférés, enfin, idolâtrés plutôt. Je note, je note.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge