Critique Duma Key, Stephen King

41l8MOqa1JL._SX307_BO1,204,203,200_Résumé

Duma Key, une île de Floride à la troublante beauté, hantée par des forces mystérieuses, qui ont pu faire d’Edgar Freemantle un artiste célèbre… mais, s’il ne les anéantit pas très vite, elles auront sa peau !

Dans la lignée d’Histoire de Lisey ou de Sac d’os, un King subtilement terrifiant, sur le pouvoir destructeur de l’art et de la création.

Mon avis

Plus de 860 pages en format poche : Duma Key n’est pas une « petite lecture insignifiante » que tu dévores rapidos entre deux autres romans. Non. Duma Key est un roman qui prend de la place, qui s’impose sur le long terme, surtout quand, comme moi, on lit plusieurs romans à la fois.

Pour aimer Duma Key, je crois qu’il faut avoir le goût du mystère, aimer les narrations qui prennent leur temps (après tout, on est pas pressé, si ?) et savoir se laisser porter par le talent d’un auteur qui construit son histoire par petites touches avant de t’emmener jusqu’à son grand final.

Certes, il y a du fantastique dans Duma Key car cette île, paradisiaque à première vue n’est pas, en réalité, un lieu où il fait bon vivre. Elle exalte la créativité de ceux qui y habitent, les charment… mais pour mieux les dévorer par la suite.

Mais sous couvert de présenter une histoire où, selon certains,  « il ne se passe pas grand chose », ce roman est en réalité très dense pour ce qui est du traitement des relations humaines et de la psychologie des personnages. A l’origine, Edgar n’est pas forcément le genre de personnage qu’on aime particulièrement et ce, même s’il vient de vivre des épreuves très difficiles… Mais de page en page, on s’intéresse à lui, on s’attache et on se sent concerné par son quotidien.

J’ai également beaucoup aimé Wireman, un personnage sympathique, aux multiples facettes et un ami touchant pour notre narrateur. La relation père/fille d’Edgar est également très belle, très bien décrite.

Pour ce qui est de la partie « horrifique » de l’histoire, elle arrive concrètement dans la dernière partie bien que des phénomènes étranges soient distillés dans toute l’œuvre. J’ai trouvé ces moments glaçants, vraiment bien écrits, certaines conversations téléphoniques entre certains personnages me laisseront un souvenir bien traumatisant ! 😀

En conclusion, je suis ravie de ma lecture (merci à Cosma d’avoir conseillé et à Zofia d’avoir confirmé son intérêt). J’ai aimé ce côté « terreur sous les palmiers », c’est un joli contraste ! Il m’a fasciné à bien des reprises, les derniers chapitres m’ont semblé flippants et perturbants mais je n’ai pas ressenti ce truc spécial que j’avais notamment ressenti à la lecture de Simetierre, par exemple.

Je continue de grignoter petit à petit l’œuvre de Stephen King, par période, sans pression et savoir qu’il m’en reste encore des tonnes à lire ne me déplait pas, bien au contraire !

10 comments

  1. Eliness says:

    Oh celui-ci m’avait échappé, et ce que tu en écris me donne énormément envie, merci beaucoup =)

    King est un des rares auteurs que j’aime dont je n’ai pas peur d’arriver à court d’oeuvres à lire, et j’avoue que c’est un vrai plaisir !
    Eliness Articles récents…Nom de plumeMy Profile

    • Audrey says:

      C’est un titre que je ne connaissais pas non plus, même pas de nom mais qui m’a été conseillé 🙂 Je ne pense pas que, de moi même, je l’aurais lu sans cette fameuse conversation sur Stephen King ^^

    • Audrey says:

      Tout dépend de ce qui te gênait chez Stephen King en fait ! Si ce qui te déplait, c’est sa manière d’écrire les histoires, tu risques de déchanter à nouveau. Par contre si c’est l’histoire en elle même qui ne t’avait pas plu, tu as toutes les chances de trouver ton bonheur dans un autre de ses romans !

  2. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Je vois que tu es une fan de Stephen King. Personnellement, je ne me suis jamais décidée à le lire. Je ne suis pas très contemporaine à la base…tu as dû t’en rendre compte sur mon blog. 😀 Et même si les résumés de ses romans sont alléchants, j’ai toujours la petite hésitation, la petite réticence, qui me fait passer mon chemin… 😉
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Les Enquêtes de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet, tome 13, L’Inconnu du Pont Notre-Dame ; Jean-François ParotMy Profile

    • Audrey says:

      Malgré les apparences, je ne suis pas une vraie fan ! Disons que j’aime bien le lire, de temps en temps, mais j’en ai lu très peu et je ne suis pas sous le charme à 200 %. Là j’ai eu ma phase et ça va me passer pendant des mois ! ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge