Critique Dracula, de Bram Stoker

Le Dracula de Bram Stoker fait partie de ces classiques que je brûlais de lire depuis un bon moment. Malheureusement, c’est un pavé particulièrement conséquent et au quotidien, je n’ai pas souvent le temps de lire suffisamment longtemps pour y faire honneur. Pendant mes 15 jours au Japon, Dracula m’a donc aidé à passer mes rares moments de « temps libre ». Dans mon esprit, il restera forcément lié au métro de Tokyo où j’en ai lu quelques passages.

Ce roman épistolaire (mais qui se base également sur les journaux intimes des différents personnages) raconte évidemment l’histoire de Dracula, ce célèbre et mythique vampire. Tout commence avec un jeune clerc de notaire, Jonathan Harker qui est venu pour affaires en Transylvanie. Prisonnier dans le château de Dracula, il va faire des découvertes inattendues et bouleversantes… Par la suite, Mina, sa fiancée, Lucy, une amie et d’autres personnages comme Arthur feront leur apparition et entreront dans une histoire aussi sombre que passionnante.

Durant ma lecture, j’ai été particulièrement frappé par l’ingénuité de la construction de l’histoire. La maitrise du suspens est admirable, rien n’est écrit au hasard, tout a ou aura un sens dans la suite de l’histoire… Familièrement, j’ai envie de dire que « c’est une histoire vachement bien foutue ». La qualité du récit est appuyée par le soin accordé aux personnages et notamment à celui de Dracula qui est particulièrement effrayant mais assez ambigu et complexe pour nous tourmenter. Monstrueux, cruel et à la fois si raffiné… Il est également le seul personnage dont on ne connait pas le point de vue. Tous s’expriment en leur nom par journal pour par lettre, Dracula, lui, reste mystérieux et insaisissable.

Dracula baigne dans une atmosphère sombre et sinistre qui m’a particulièrement plu… Je n’ai qu’un regret, avoir attendu tant de temps pour découvrir ce grand classique ! Si je devais faire une légère critique, je dirais que le début du roman (soit la captivité de Jonathan) est plus intense que la suite, qui part parfois en rythme à cause du choix de l’auteur, soit les journaux intimes. L’histoire n’est jamais vécue directement mais est toujours rapportée par les différents personnages.

Cette lecture m’a donné une furieuse envie de revoir l’adaptation de Francis Ford Coppola… ce que je vais me hâter de faire avant de reprendre le boulot !

3 comments

  1. zofia says:

    Je l’ai lu sur le tard aussi (y a 2 ans) et j’avais bien aimé ce roman qui pose les bases de la mythologie vampirique. Comme toi, j’ai trouvé que par moments le récit manquait de rythme mais effectivement la forme choisie n’est pas la plus simple.
    Par contre, pour avoir vu l’adaptation avant la lecture de Dracula, je me souviens que les deux n’avait pas grand chose en commun… ça a été relativement simplifié, je trouve. Tu me rafraichiras la mémoire avec un article j’espère 😉
    zofia Articles récents…La carte et le territoireMy Profile

    • Audrey says:

      J’avoue que le film ne m’avait pas transcendée à l’époque… Peut être parce qu’il est de 92 et qu’il a peut être mal vieilli ? En tous cas, je suis beaucoup plus enthousiasmée par le bouquin 🙂

Laisser un commentaire

CommentLuv badge