Critique Do not disturb

Sortie : 03/10/2012

Note : 7.75/10

Le résumé : Ben et Jeff se connaissent depuis les Beaux-Arts. Amis, ils ont été séparés par la vie. Jeff continue d’avoir une vie d’aventurier et revient justement du Mexique. Ben a une belle maison, un bon travail, une voiture et surtout une femme avec laquelle il essaye d’avoir un enfant. Puis un soir, Jeff débarque dans la vie de Ben. Les retrouvailles sont des plus chaleureuses. Le lendemain, Jeff entraîne Ben dans une fête un peu excentrique où les invités se mettent à parler d’un festival de porno amateur. Bien éméchés, Ben et Jeff décident de se mettre en scène dans un porno et ce, même s’ils sont hétéro. Rien ne les arrêtera ! Ou presque…

Ce que j’ai aimé : En règle générale, j’aime beaucoup les films d’Yvan Attal que j’aime également beaucoup en tant qu’acteur. Si on ajoute à ça que je suis ultra fan de Charlotte Gainsbourg et d’Asia Argento… Do not disturb avait franchement tout pour me plaire et j’avoue que j’ai passé un très bon moment (contrairement aux nombreuses critiques négatives que j’ai eu la surprise de lire : oui le film a été démonté par la presse comme par les spectateurs, apparemment…).

A mes yeux, le film est constitué de deux grosses scènes autour desquelles sont greffées quelques scénettes (d’une importance plus ou moins grande) : la scène de la soirée et la scène de la chambre d’hôtel. Ce sont les plus réjouissantes mais également les plus « dangereuses » pour nos deux personnages car c’est au cours de la première que leur projet est mis en place et dans la seconde qu’il est censé se réaliser.

Tout au long du film, les situations sonnent juste, les dialogues font mouche et on se laisse porter par un film pas forcément très nuancé, pas forcément très fin mais tout simplement divertissant. J’ai trouvé bon nombre de situations cocasses et réjouissantes notamment la dernière (longue) scène dans la chambre d’hôtel et la gêne des deux personnes qui ne savent pas par où commencer…. Dommage que ce soit la débandade dans les 20 dernières minutes.

Ce que je n’ai pas aimé : Les cul-serrés vont sans doute trouver le film un brin vulgaire, chose que je peux tout à fait comprendre mais qui ne m’a pas vraiment choqué pour ma part. Après, tu ne vas pas voir un film sur deux mecs qui veulent faire un porno si les termes « enfiler » ou « enculer » te font peur ou si tu ne supportes pas la vision d’un postérieur dénudé.

En sortant du film, je me suis dit qu’il était quand même dommage que la réflexion sur le couple et sur l’ambigüité sexuelle évoqués dans ce long-métrage n’aillent pas plus loin. Tout reste malheureusement en surface et on ne peut que se sentir frustrés par le dénouement de l’histoire. C’est un peu comme si Yvan Attal n’avait pas eu les couilles d’aller jusqu’au bout de son idée (qui n’est pas la sienne, d’ailleurs, étant donné que le film est un remake).

En bref : Do not disturb brille avant tout par la qualité de son interprétation. Tous les acteurs y sont prodigieux et même si je ne l’ai pas évoqué avant, j’ai également beaucoup aimé celle de Laetitia Casta. Burlesque, parfois un peu osé, tendre (dans le traitement de l’amitié masculine) et un poil trop branchouille, Do not disturb a des défauts embêtants mais j’ai quand même apprécié de voir un film qui, sans être provocateur, a le culot d’être un peu piquant. Je ne comprends pas toute la « haine » que j’ai pu lire à son sujet mais faut croire que sur ce coup là, j’ai encore été très très bon public ! Vous avez donc eu l’honneur de lire la seule critique positive du net.

6 comments

  1. Aurore says:

    Je vais le voir tout à l’heure et j’ai vu la note sur allociné, j’ai eu peur, j’ai pesque failli choisir un autre film. Mais ta critique me conforte et j’irai au bout de mon choix !

  2. zofia says:

    Oui et j’en suis contente ! car le casting m’avait alléché aussi mais j’ai été terrifiée par les critiques dont plusieurs m’ont paru très superficielles (notamment une qui critique Yvan Attal gratuitement en disant en gros qu’il est là où il est grâce au nom de Gainsbourg, ce que j’ai trouvé très injuste). Je crois qu’il passe par chez moi, ta critique me redonne confiance, en plus je vois que tu as changé de système de notation 😉

    p.s : dans ton article, tu t’es trompée sur l’ortho du titre, t’as écrit 2 fois No not disturb

  3. petiteconne says:

    Je pense qu’Attal a juste été attendu au tournant. Je pense aussi qu’on lui reproche vivement d’avoir fait un remake d’un film américain. C’est vrai que c’est un peu brader son talent… il se débrouille bien tout seul pour trouver ses sujets de films d’habitude. Et puis c’est que son 3ème film, faudrait quand même que les journalistes arrivent à nous faire croire qu’il est fini…

    Après, vous êtes libres de trouver ça nul mais je trouve les critiques particulièrement dures.

  4. petiteconne says:

    Zofia : merci pour la précision orthographique. J’avoue que je copie/colle systématiquement mes titres dans mes articles donc si je fais la faute une fois, je la fais partout.

    Sinon j’ai en effet changé mon système de notation, même s’il n’engage que moi car je commençais à être un peu bloquée par les notes /5. Noter /10 permet quand même plus de nuances.

  5. Mskapje says:

    Je ne comprends pas les critiques virulentes à son sujet, i y a eu bien pire et ce film fonctionne bien grâce au duo d’acteurs. Je mettrais pas une note aussi haute mais je mettrais plus que le moyenne c’est sûr !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.