Critique Django Unchained

Sortie : 16/01/2013

Note : 19/20

 

Le résumé : Nous sommes au sud des Etats-Unis, deux ans à peine avant la guerre de Sécession. Django, un esclave, va être acheté par Dr King Schultz, un chasseur de primes. En effet, Django est le seul à pouvoir reconnaître les frères Brittle que Schultz traque depuis quelques temps. Se prêtant à ces nouvelles occupations, Django n’en oublie pas son propre but : retrouver Broomhilda, sa femme.

Ce que j’ai aimé : Il est toujours plus difficile de parler d’un film que l’on a aimé que d’un film qui nous a laissé indifférent. Du coup, j’ai mis du temps à écrire cette fiche alors que j’ai vu ce film seulement deux jours après sa sortie. En 2009, Inglourious basterds avait été une sorte de déception pour moi. Je n’avais pas craqué sur l’histoire, encore moins sur les personnages et j’avais trouvé le tout diaboliquement long. En bref : j’attendais Tarantino, mon chouchou d’entre tous mes chouchous, au tournant.

Je ne sais pas comment vous dire mais, dès le générique du début, j’ai su que j’allais aimer le nouveau Tarantino. J’en avais lu du bien, certes, mais j’avais également lu des critiques mi-convaincues où le chipotage était à l’honneur, comme si leurs auteurs étaient répugnés à l’idée d’aimer quelque chose à 100 %. La vision de ces grandes étendues sauvages, ce groupe d’esclaves trainés d’un point A à un point B et l’apparition de Schultz m’ont vite confortée dans ma première impression.

Il y aurait trop à dire sur un film tel que Django Unchained mais notons quelques points :

  • La BO est très sympa, peut être moins sympa que celles de Kill Bill, de Pulp Fiction ou de Boulevard de la Mort, mais TRES sympa quand même.
  • Le film n’est pas exempt de scènes cultes, j’ai notamment en tête la scène des cagoules qui, à mes yeux, a tout d’une scène mythique (et qui m’a bien fait rire, soit dit en passant).
  • Malgré ses 2h44, ce film ne m’a pas semblé long. Il faut dire qu’il concentre (du moins à mes yeux), trois films en un :
  1. la rencontre entre les 2 hommes + la traque des frères Brittlle
  2. la conversion de l’esclave Django en tueur à gages + naissance d’une amitié entre deux hommes qui n’avaient rien à faire ensemble à la base
  3. L’arrivée à Candieland + l’enlèvement de Broomhilda

Impossible de ne pas écrire un mot sur les personnages et leurs interprètes. Django, tout d’abord. Il cherche à se venger (comme souvent dans les films de Tarantino) et est d’une prestance folle. Esclave depuis sa naissance, certes, mais beau gosse en toute situation (mention spéciale à ses costumes…)! Je me trompe peut-être, du moins je l’ai perçu comme ça, mais j’ai quand même trouvé que le personnage (que je pensais être le personnage principal) manque un peu d’épaisseur. J’aurais peut-être aimé un Django plus torturé.

Quoi qu’il en soit, le grand gagnant de ce dernier Tarantino reste bel et bien Christoph Waltz. Dès son entrée en scène, il se place au premier plan et n’en bougera pas. J’ai A-DO-Ré ce personnage haut en couleurs, à la répartie cinglante à la folie…certaine. Bien loin d’être aussi transparent qu’il n’en a l’air, Schultz fait partie de ces personnages un peu troubles aussi amicaux qu’immoraux.

En dernier lieu, j’ai également été charmée de retrouver Leonardo Dicaprio dans un rôle de méchant. On dira ce qu’on veut de lui, il reste un dieu à mes yeux. Pas une seule fausse note dans sa filmographie. Dans Django, il joue le rôle d’un beau salaud et ma foi…cela lui va très bien !

Ce que je n’ai pas aimé : Euh… si je dis que je n’aime pas les polémiques autour du film, ça compte ? Entre les fameux « Django est un film raciste » et les « oh lala c’est de la violence gratuite »… j’ai juste envie de dire : « les gars ! tournez votre langue 7 fois dans votre grande bouche avant de parler (ou d’écrire). Vous n’avez visiblement rien compris à l’affaire… ».

En bref : Django Unchained est un film à voir et à revoir. Il a fallu que je me retienne pour ne pas me faire une seconde séance la semaine suivante. C’est un soulagement pour moi qui avait si peur d’être une nouvelle fois déçue !

8 comments

  1. Clownface says:

    Comme toi j’ai beaucoup le film, j’avais beaucoup moins de réserves que sur les derniers films de Tarantino, mais j’adore les westerns spaghettis.
    Les seuls défauts que je lui trouvent sont effectivement son personnage principal, un peu « branleur » et bien moins creusé que Schultz et Candy, et puis Jamie Foxx fais pâle figure en face de Waltz, DiCaprio ou encore Walton Goggins. Et également la photo, j’ai trouvé l’image un peu passe-partout, ça aurait beaucoup gagné avec une image un peu plus sale à mon avis.
    Truc rigolo j’ai découpé le film en trois parties, mais pas les mêmes…
    Pour parler de la durée, je me demande si le premier montage n’est pas beaucoup plus long. Je m’explique, certains personnages avaient, à mon avis, des scènes bien plus importante (la femme masquée chez Candy ou le personnage de Walton Goggins) et certains dialogues de la BO ne sont pas présents dans le film (j’ai vu le film en VF, je le regrette, mais je doute que la version française est autant modifié les dialogues qu’on ne les reconnaissent pas).
    Un Taranino qui va mieux vieillir que ses derniers et plus constants (peut-être parce qu’il a abandonné l’idée de faire des films avec des scénettes comme Inglorious Bastards). A voir si le DVD proposera un director’s cut.

  2. petiteconne says:

    Oh! Et c’est quoi tes trois parties alors ?

    Moi aussi j’ai vu le film en VF… Dans le ciné où j’ai mon pass illimité, ils le passaient en VO que le jeudi soir et moi… ben je pouvais pas. C’est un gros regret mais que veux tu, on allait pas payer des places de ciné en plus sachant qu’on paye déjà le pass… C’est juste mal foutu des fois 🙁

    Tu as sans doute raison pour ces histoires de montage… Cela dit, ça ne m’a pas choquée étant donné que je n’ai pas écouté la BO. Si c’est le cas, je serais curieuse de voir ces scènes coupées!

    Je n’avais pas réfléchi à cette histoire d’image passe partout comme tu dis mais je l’ai lu dans une autre critique donc tu ne dois pas être le seul à t’être fait la remarque… Des fois je me dis que monter un film doit être un véritable crève coeur… mettre à la poubelle des scènes qu’on a écrit et filmé… ça doit être dur. Mais bon, si c’est pour le bien du film… Déjà qu’il est super long…

  3. Clownface says:

    J’ai à peu près le même découpage, à la différence que ma 3e partie débuterais après la « transaction » entre Schultz et Candy.
    Le montage, oui, ça doit toujours être une épreuve, devoir jeter des rush pourtant excellent mais qui ne « rentre pas  » dans les moins de 3h00 nécessaire pour une exploitation en salle. Et là, j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait des personnages qui étaient plus développés à l’écriture. Je sais qu’ils font une mini-série en comics adapté à partir du script original de Tarantino, je vais essayer de lire ça histoire de voir les différences.

  4. zofia says:

    Ah Django ! Ah Tarantino ! Ah Christoph Waltz !!
    😀
    J’ai pris un super pied lors de cette séance, j’ai aimé voir des beaux paysages (ce qu’il n’y a pas habituellement dans les films de Tarantino), la BO est carrément trippante, les personnages aussi, bref un très bon film.
    Le western est un genre qui va bien à Tarantino.
    J’ai juste regretté que le montage n’est pas été plus déconstruit ou avec des excursions sur les personnages comme il y a eu dans Inglorious. Et depuis que je suis sortie de la séance, j’ai envie de le revoir ! ^^

    • petiteconne says:

      C’est vrai que le film reste assez classique dans sa mise en scène mais je pense que vu sa longueur, des digressions (enfin si j’ai bien compris ce que tu voulais dire) auraient peut être été de trop… :/ Je sais pas trop… Le fait est qu’en effet, Quentin nous a sorti les beaux paysages de derrière les fagots… même s’ils n’ont finalement rien d’original, c’est assez agréable à voir. Surtout quand on aime les westerns et tous les « clichés » qui vont avec 🙂

  5. auroreinparis says:

    Je ne l’ai toujours pas vu. Les séances en semaine , ça fait sortir trop tard, et le week end, je n’ai pas trouvé le moment … Je crains de le rater alors que j’en ai manqué aucun depuis le 1er Kill bill.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.