Critique Des vents contraires

Sortie : 14/12/2011

Note : 2.5/5

Le résumé : Depuis que Sarah a disparu, la vie de Paul piétine. Brisé, rongé par les remords, il décide de repartir à zéro, de quitter Paris et de déménager avec ses deux enfants dans la ville de son enfance, St-Malo. Mais comment apprendre à revivre quand on ne sait pas ce qui arrivé à la femme de sa vie ?

Ce que j’ai aimé : Il y a quelques semaines, j’avais essayé de lire le livre éponyme d’Oliver Adam, en vain. L’histoire, trop sinistre à mon goût, et les personnages auxquels je n’avais pas accroché, m’avait poussé à laisser le livre en plan et à essayer autre chose. Voir le film représentait pour moi, comme pour tous les paresseux, un moyen simple et rapide de connaître la fin de l’histoire. Dès les premières minutes, j’ai redécouvert les décors du livre, la maison dans laquelle Paul et ses enfants emménagent… Comme si les lignes que j’avais lu venaient de prendre vie. J’ai également aimé retrouver la flopée de personnages secondaires, assez présents pour ne pas être transparents au regard d’une intrigue qui se focalise quand même sur Paul. La lourdeur de cette vie, le quotidien, les questions, les regrets au sujet de cette disparition bouffent l’écran et nous plongent dans un mal-être hivernal (bonjour les nuages, la pluie et le froid) dont on aimerait bien se sortir…

Ce que je n’ai pas aimé : Je reproche au film ce que je reprochais au livre, les longues descriptions ennuyeuses en moins, heureusement. Si le scénario tient la route, le film apparaît pourtant bien longuet. De plus, si je n’avais pas spécialement aimé Paul dans le roman, Benoit Magimel en a fait quelqu’un de plus sympathique  mes yeux mais encore une fois, aucun coup de foudre pour les personnages. Trop de distance. Pas assez d’émotions poignantes. Trop d’attente jamais comblée. Il y a trop d’histoires parallèles, trop de rencontres qui empêchent de se concentrer sur ce qui devrait pourtant être le thème central : la reconstruction d’un homme et de ses enfants. Je suis passée à côté de l’histoire.

En bref : Des vents contraires est un film lourd et intense mais à mes yeux, il manquait quelque chose d’autre pour qu’il soit réellement marquant. L’essence et l’ambiance du livre me semblent pourtant avoir été très bien respectées (petite pensée pour la voisine/infirmière qui a été zappée dans le film mais qui a pourtant son importance dans le bouquin, du moins dans la moitié que j’avais eu le courage de lire).

One comment

Laisser un commentaire

CommentLuv badge