Critique Demain j’arrête, de Gilles Legardinier

Cela fait bien longtemps que je voulais lire Demain j’arrête, pour avoir croisé ce bouquin de multiples fois dans les bibliothèques de connaissances. J’ai fini par l’acheter afin de le lire sur la plage. Comme je m’y attendais, ce roman se lit très facilement. En somme, une bonne lecture estivale, sympathique, solaire mais pas forcément inoubliable.

L’héroïne, Julie, a 28 ans et est du genre rêveuse. Récemment séparée d’un musicien un brin puéril, elle ne cherche pas le grand amour…il va pourtant se présenter à elle sous les traits de Ricardo Patatras, son nouveau voisin.

Demain j’arrête est une véritable comédie, à la fois drôle et émouvante. Elle se lit tranquillement de bout en bout et les rebondissements/nouvelles aventures ne manquent pas au rendez vous. J’avoue, il m’a été complètement impossible de m’identifier au personnage de Julie car, excepté notre âge commun, nous n’avons pas grand-chose à voir l’une avec l’autre. Si elle m’a parfois fait grincer des dents à cause de l’absurdité dont elle fait preuve, j’ai malgré tout eu assez de tendresse pour cette jeune femme qui se débat avec son quotidien. Sa remise en question, son rapport au passé, à sa famille, aux hommes… sont autant d’éléments qui permettent de donner corps à un personnage tout à fait réaliste, ancré dans son époque et finalement assez touchant.

Si Julie est le personnage central de l’intrigue, elle est associée à un panel de personnages secondaires également très intéressants tels que la boulangère, M. Ping, la collègue de travail Géraldine, la bande de copines, Xavier l’ami d’enfance… c’est tout un petit monde se créé sous nos yeux.

En somme, j’ai bien aimé le ton du livre mais moins apprécié les délires de Julie à la fin du roman (la fameuse histoire du vol (l’épisode de la voiture à faire sortir du garage m’ayant également moyennement plu) qui manquent vraiment de crédibilité alors que le reste de l’histoire se voulait très ancrée dans le réel et le quotidien. J’ai aussi eu du mal à comprendre l’évolution de la relation entre Ric et Julie qui reste très longtemps floue et incompréhensible.

Malgré quelques bémols qui ont gêné la lectrice que je suis, j’ai cru déceler une grande sincérité dans la démarche de l’auteur et une volonté de lutter contre le cynisme ambiant grâce à une jolie histoire fantaisiste. Je pense que je tenterais certainement un autre Legardinier prochainement, sans doute Complètement cramé.

4 comments

  1. Zofia says:

    Moi non plus je me suis pas trop reconnue en Julie, à part peut-être le côté remise en question de la vie professionnelle, mais je me suis quand même bien marré avec ce livre !
    Complètement cramé est mieux, enfin j’ai trouvé. Il est plus profond, plus humain et même si on reste dans un ton proche, l’histoire et les personnages n’ont rien à voir.
    Zofia Articles récents…En hautMy Profile

    • Audrey says:

      Oui ça devient un peu trop n’importe quoi… ça peut plaire, bien entendu mais je ne m’attendais pas à plonger dans un truc aussi fantaisiste…ce qui a finalement un peu gâché ma lecture.. :-/

Laisser un commentaire

CommentLuv badge