Critique Le Crime du comte Neville, Amélie Nothomb [destockage en duo]

J’aurais voulu pouvoir commencer cet article en rentrant dans le vif du sujet, sans me perdre dans plein de digressions vouées à vous expliquer à quel point j’ai été fan d’Amélie Nothomb et à quel point ses romans me déçoivent depuis un petite dizaine d’années… Sans la connaître personnellement, vous vous en doutez, j’ai encore et toujours un profond respect pour la femme qu’elle a l’air d’être. Même pour le personnage qu’elle est en public. J’aime sa folie, son excentricité mais j’aime aussi son intelligence et son érudition. Par contre, j’apprécie de moins en moins ses romans qui, même s’ils restent très agréables à lire (personne ne dit le contraire) se lisent trop vite et s’oublient aussi sec. Je me souviendrai pour toujours de Métaphysique des tubes ou d’Hygiène de l’assassin. Le Crime du comte Neville, lui, ne restera pas dans ma mémoire.

Tout comme les romans les plus récents de l’auteure, Le Crime du comte Neville s’apparente plus à une nouvelle qu’à un roman. C’est écrit gros, il y a peu de pages, ça se lit vite. Bon. Je crois que tout le monde a compris qu’Amélie s’est inspirée d’une nouvelle d’Oscar Wilde (que j’ai lu il y a un bail). Forte de cette référence/cet hommage et de cet héritage littéraire modernisé, elle nous fait pénétrer dans le milieu aristocratique belge et nous permet de rencontrer le comte Neville, un homme ruiné mais convaincu (après tout, c’est une voyante qui le lui a dit !) qu’il assassinera un des invités de sa prochaine garden-party.

D’où un certain malaise.

Relations familiales, aristocratie et mondanités, volonté de sauvegarder les apparences, autant de thèmes qui traversent une intrigue vraiment pas épaisse mais menée d’un main de maître, comme toujours. N’empêche que, comme toujours là encore, ce roman ne laisse pas grand chose à se mettre sous la dent…

Vous êtes donc prévenus si vous n’avez pas encore lu le livre : vous passerez un bon moment éphémère. Cela pourra vous suffire. Ou pas. A vous de voir !

6 comments

  1. A-Little-Bit-Dramatic says:

    Il n’y a rien à faire. L’univers d’Amélie Nothomb me laisse totalement indifférente. Je ne me sens absolument pas attirée par ses livres. Peut-être ai-je tort et je ne dis pas qu’elle n’a pas de talent ou autre, étant donné que je ne l’ai jamais lue..elle fait partie de ces auteurs un peu extravagants et spectaculaires, un peu à part, qui sortent du lot mais qui, du coup, séduisent ou pas. Du moins est-ce ainsi que je la vois. Pour le moment, je n’ai pas tenté et n’en ressens pas l’envie. 😉
    A-Little-Bit-Dramatic Articles récents…Cinq-Mars ; Alfred de VignyMy Profile

    • Audrey says:

      Je comprends 🙂
      Mais cela étant dit, j’adore certains de ses romans. Notamment ceux sur ses souvenirs d’enfance (à moitié romancés, je présume) qui sont très très distrayants je trouve !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge