Critique Créatures célestes, Peter Jackson

heavenly-creatures-creatures-celestes-L-pmetHIUn jour où je perdais, une fois encore, mon temps sur le net, je me suis plongée dans une biographie d’Anne Perry. J’ai découvert son enfance, sa maladie (puisqu’elle était très fragile des poumons dans sa jeunesse, avec bronchite, pneumonie et tuberculose à la clef) et j’ai aussi découvert qu’elle avait quitté l’Angleterre pour vivre dans différents pays aux climats plus agréables pour sa santé, comme la Nouvelle- Zélande.

C’est là-bas qu’Anne Perry, de son vrai nom Juliet Hulme, s’est rendue coupable d’un meurtre  : avec Pauline Parker, sa grande amie, elles vont tuer la mère de cette dernière.

Sorti en 1994, le film de Peter Jackson raconte cette histoire, ce fait divers sanglant qui a profondément marqué la Nouvelle Zélande en 1954. A l’époque de sa sortie, Anne Perry avait déjà publié pas mal de livres et ne savait absolument rien du film en préparation. On imagine l’angoisse qui a dû être la sienne alors que son histoire, pas très glorieuse, allait être dévoilé au monde.

45354224Créatures célestes a également la particularité d’être le tout premier rôle au cinéma de Kate Winslet. Si vous êtes fan de l’actrice, c’est une raison très valable pour le regarder ! C’est avant Raison et sentiments, avant Jude, avant Titanic !

Pour ce qui est du film en tant que tel, je dois avouer que je n’ai pas eu de coup de cœur particulier pour l’histoire et j’en suis même sortie un peu mitigée car je n’ai pas réussi à vraiment accrocher à la réalisation. Peter Jackson a apparemment cherché à mettre en images le monde fantastique et irréel dans lequel étaient plongées les deux jeunes filles ce qui l’a poussé à mettre en scène des scènes bizarres et assez relou. C’est leur relation fusionnelle (amitié saphique) qui les a poussé à se déconnecter de la réalité et à faire la bêtise qu’elles ont faites. C’est du moins ce que je retire, personnellement, de l’histoire.

Même si, on est d’accord, être une adolescente perturbée et trop imaginative n’a jamais excusé le fait de tuer qui que ce soit, et encore moins sa mère. ob_26a7d9_voyage-en-car-creatures-celestes

Si le film a, à mon sens, un peu vieilli, je trouve qu’il se révèle assez riche car en l’espace de 2 heures, il montre bien la naissance d’une amitié excessive, cette amitié prenant racines dans un terreau bien particulier : pour Juliet, c’est l’absence chronique de ses parents qui partent constamment à l’autre bout de la planète sans se soucier d’elle; pour Pauline c’est plus compliqué à comprendre mais j’imagine qu’une mère moralisatrice omniprésente et la monotonie d’une existence décevante sont à mettre en cause.

Et quand deux ado délaissées et un peu tarées se retrouvent… BOOM ! c’est le drame.

Moi j’ai trouvé qu’elles avaient deux bonnes têtes à claques. Leurs délires sans fin m’ont fatiguée. Mais passons.

Le film gagne en intérêt (pour moi) quand on bascule dans le drame avec la préparation du meurtre et avec le meurtre en lui même où la tension est à son comble. La toute dernière partie du film est, à ce titre, assez bien faite et assez glaçante également. Je ne pense pas que Mme Parker imaginait que sa sortie au parc allait être sa dernière occasion de voir le soleil…

creatures-celestes-1994-04-gEn bref, Créatures Célestes est un film « curiosité » que j’avais bien envie de voir et dont je n’avais entendu parler nulle part. Si je lui trouve quelques défauts, je reconnais que son traitement d’un fait divers sordide est assez original.

A voir si vous en avez l’occasion !

10 comments

    • Audrey says:

      Apparemment elles se sont bien acharnées en tous cas, je pense que c’était assez gore :-/
      C’est pour ça que la fin du film est glaçante car on sait que la mère vit ses derniers instants… voir ces deux ado la tuer, ça fait froid dans le dos !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.