Critique Cold in July

Sortie : 31 décembre 2014

J’avais vraiment hâte de voir Cold in July. J’ai donc décidé de commencer l’année par son visionnage.

[L’année 2015 se présente d’ailleurs sous un bien mauvais jour pour moi : le ciné Gaumont, jusque là présent dans ma ville, a fermé ses portes. Et avec lui, il a emporté mon pass illimité. Comme il n’y a pas d’UGC dans le coin, je me retrouve entourée par des cinés indépendants aux tarifs d’abonnements beaucouuuup moins intéressants… Bref, je suis déprimée].

L’histoire : 1989. Texas. Richard Dane est un homme sans histoires. Une nuit, un voleur s’introduit dans la demeure familiale. Pour protéger sa femme et son fils, Richard s’arme d’un pistolet qu’il n’a visiblement pas l’habitude d’utiliser. Le coup part tout seul. Le cambrioleur meurt. Alors que toute la communauté le félicite pour son geste, Richard accuse le coup. A partir de cette nuit là, il va être entrainé dans un monde violent dont il ignore tout.

J’ai tout d’abord vraiment été emballée par le film. Par son intrigue. Par son casting. Par son ambiance très sombre, hyper anxiogène. Par la tension de folie qui s’instaure dès les premières secondes. Mais aussi par une très bonne mise en scène. Je n’ai pas regardé ma montre une seule fois donc je ne peux pas vous dire à partir de quel moment j’ai moins apprécié ce film mais j’ai adoré sa première partie.

L’atmosphère très pesante reste présente jusqu’à la fin du film, c’est évident. Malheureusement, à partir d’un certain point, je n’ai plus compris la quête de justice de Richard. Je ne comprenais plus la raison de son implication, la motivation réelle de son besoin de vérité, ni vraiment pourquoi il s’échine à suivre les deux autres hommes (à ses risques et périls et dieu sait que c’est énorme pour un homme « normal »). Les enjeux ne sont rapidement plus les mêmes et en moins de 2 heures, j’ai eu l’impression de voir 3 films en 1. C’était bizarre et à mes yeux, pas forcément hyper réussi (toujours à cause de mon incompréhension du personnage principal, c’est peut être ma faute). Je suis curieuse de savoir comment les choses sont amenées dans le bouquin de Joe R. Lansdale (dont le film est adapté) et s’il pourrait m’apporter toutes les questions que ce film m’a posé (sur la psychologie du personnage principal mais aussi sur d’autres questions restées en suspens).

Cold in July m’a donc un peu déçue en prenant des chemins qui ne convenaient pas à l’idée que je me faisais du film. J’ai noté quelques incohérences par-dessus lesquelles je ne suis pas arrivée à passer. A partir là, j’ai eu du mal à me raccrocher véritablement à l’histoire. Néanmoins, je dois reconnaître que les 1h49 de Cold in July sont passées sans aucun mal. Il faut croire que les rebondissements successifs, même discutables, ont quand même une vertu : ils relancent sans cesse l’intrigue.

8 comments

    • Audrey says:

      Tu seras peut être un peu déçue mais je ne pense pas que tu le trouveras nul pour autant. Il est honnête. Bien que bordélique (à mon goût).

      Disons que pour éviter d’augmenter le budget ciné, je pense qu’on va devoir se limiter à une séance par semaine. Tu vas me dire que c’est déjà pas mal mais bon… Des fois j’y allais qu’une fois mais les semaines à 2 ou 3 séances étaient quand même monnaie courante :-/

    • Audrey says:

      En fait il y a 3 cinémas différents (enfin 4 car l’un a deux établissements en ville, même enseigne mais programmation différente).
      Un multiplex va bientôt ouvrir… j’attends de voir ce qu’il va proposer mais je me dis, quitte à ne plus avoir mon pass illimité, autant continuer à aller dans mon petit ciné spécialisé dans la VO :-/
      De toute manière, des fois on allait voir des conneries juste pour s’occuper (le dimanche, par exemple), c’est peut être pas mal qu’on arrête !

  1. Clownface says:

    Pour avoir lu du Lansdale (pas beaucoup, mais un peu quand même), les erreurs de scénario dont tu parles m’étonne. Ca doit plus être dût à l’adaptation. Dommage vu le casting…

    • Audrey says:

      Écoute, je l’ai ressenti comme ça ! :-/ Mais ce n’est que mon avis… néanmoins, j’ai lu cette impression dans plusieurs autres critiques. Je ne suis donc pas la seule à avoir tiqué sur ce point là. C’est comme s’il avait manqué quelque chose, un détail, une explication, un sentiment, pour me faire adhérer à la seconde partie du film… Le livre est peut être mieux foutu sur ce point là !

  2. Aurore says:

    Dans le livre on doit avoir le ressenti du  » mec normal » pour mieux comprendre. j’avoue que je le trouvais un peu con et dingue mais finalement c’est peut être juste l’idée de faire justice soi même avec le sentiment du devoir accompli ? Ms il doit avoir un terreau de folie en lui !

    • Audrey says:

      Disons que j’ai bien compris qu’il était plus ou moins pris dans une spirale infernale et qu’il voulait aller jusqu’au bout mais d’un autre côté, j’ai trouvé que la psychologie du personnage était finalement pas très claire, pas très développée… Ou alors j’ai loupé un truc. Ou mal compris. Mais je suis restée avec ce sentiment d’incompréhension qui m’a gâché la seconde partie du film ! 🙁

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.