Critique Charlotte Collins, Jennifer Becton

En toute sincérité, le personnage de Charlotte n’a jamais éveillé ma sympathie et pourtant, j’ai lu Orgueil et préjugés à des âges et à des périodes différentes. Je l’ai toujours trouvée trop sage, trop terne, trop raisonnable et si peu romanesque ! Sa présence dans le roman n’était qu’anecdotique pour moi. Elle n’était finalement que la copine un peu moche d’Elisabeth.

Commencer un roman la mettant en scène était donc un véritable pari pour moi : allais-je apprécier la Charlotte de Jennifer Becton ?

Dans ce roman, l’auteur nous confronte à une Charlotte légèrement vieillie. Après 7 ans de mariage avec Collins et 2 ans de veuvage, elle récupère sa sœur Maria qui souhaite fréquenter plus souvent la société afin de se marier dans les meilleurs délais. Plus jolie que sa grande sœur, elle n’en reste pas moins aussi pauvre et ne brille pas forcément par sa grande intelligence (du moins c’est ce que pense Charlotte à son sujet) : autant vous dire que les bons partis ne se bousculent pas au portillon. Les deux femmes vont notamment rencontrer Mr Basford et son neveu Mr Westfield, deux américains de passage en Angleterre qui ne les laisseront pas indifférentes… mais pour des raisons différentes.

Que les fans de Jane Austen ne se réjouissent pas trop à l’idée de retrouver Elisabeth et Mr Darcy, ils apparaissent le temps de quelques lignes au début de l’œuvre puis disparaîtront plus ou moins jusqu’à la fin où ils sont évoqués rapidement.

J’ai mis beaucoup de temps à rentrer dans l’histoire qui met, à mon goût, trop de temps à se mettre en place. D’ailleurs, par la suite, l’intrigue ne brillera pas par son originalité ! Le schéma narratif semble obstinément calqué sur le « genre austinien » avec des demandes en mariage refusées, des ragots, des gentlemen qu’on prenait pour des goujats (et inversement), des mariages célébrés et des couples qui fuient pour se marier loin de leurs familles. La fin met également beaucoup de temps à arriver. Bon.

Est ce que je regrette ma lecture pour autant ?

Et bien pas du tout ! J’ai trouvé ce roman plutôt agréable à lire, même si le style n’était pas toujours assez soutenu à mon goût. Il s’agit d’une petite lecture légère et idéale pour se vider la tête pendant deux jours. Je lis trop peu de livres de ce type pour me sentir blasée ou lassée de cet univers. Bien sûr, ça ne vaut pas du Jane Austen mais c’est quand même amusant de lire cette « suite ».

Malgré une lecture un peu mitigée, bien que réellement divertissante, je reste quand même heureuse à l’idée que le personnage de Charlotte ait pu avoir une seconde chance !

2 comments

    • Audrey says:

      Oui ça la rend plus humaine puisqu’elle change sa vision de l’amour et du couple. Genre elle comprend qu’on peut épouser quelqu’un pour autre chose que la sécurité financière qu’il peut nous apporter ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge