Critique Central Park, Guillaume Musso

Central-Park_EspagneRésumé

Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière … pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.

New York, huit heures du matin …
Alice, jeune flic parisien, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park.

Mon avis

Comment vous dire ça sans me mettre à dos tous les fans de Musso ?

Comment vous dire ce que je pense vraiment de ce livre sans qu’on m’accuse de manquer de respect au travail de l’auteur (c’est sûr que la possibilité de voir Musso débarquer sur mon blog pour me donner un coup de fouet est très très infime mais certains événements passés m’ont rendue totalement parano, j’avoue) ?

Comme toujours, je préfère dire les choses simplement : je n’ai pas détesté ce livre mais j’ai finalement pris peu de plaisir à le lire. Si je n’ai jamais été tentée d’arrêter le livre en cours, sa lecture a été ponctuée de soupirs un peu… agacés. Pourquoi, me direz-vous ? Et bien tout simplement parce que je n’aime pas du tout le style de l’auteur. Je le savais mais j’ai voulu me le confirmer. Il ne m’inspire rien. Je trouve sa plume complètement plate. Oui, c’est ça, Musso c’est plat.

Alors j’entends déjà les petites voix perfides qui pourraient me dire : « gnagnagna quand on est pâs capable d’écrire un bouquin et de séduire le public comme Musso le fait depuis des années, et ben on se tait ».

Ben non. On se tait pas !

Je respecte son travail et je sais que n’ai pas le talent de cet auteur car, au jour d’aujourd’hui, je ne serai pas capable de construire une intrigue comme il le fait, lui. Je ne renie absolument pas la principale qualité de ce livre : celle de nous captiver. Car, malgré ce que je peux lui reprocher, je reconnais que Musso fait du « bon divertissement littéraire », c’est à dire une histoire facile à suivre, plutôt bien équilibrée et pas trop mièvre (à part la fin, peut-être).

Mais avec moi, ça ne prend pas, désolée.

Ajouté à tout ça, j’ai trouvé l’héroïne de Central Park, Alice, hyper antipathique. Égoïste, agressive, pas attachante pour un sou… exactement ce que je déteste et autant de caractéristiques qui ne m’ont pas aidée à apprécier ce thriller psychologique/roman policier.

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge perso « Je vide ma PAL »

9/88

Room-Read-livres-hauteur-enfants_0_730_502

mmmm

2 comments

  1. Zofia says:

    T’inquiète moi non plus j’arrive pas avec Musso ! comme tu dis, c’est plat… et la dernière intrigue que j’avais lu était hyper tirée par les cheveux et pas du tout crédible !

    • Audrey says:

      Là…. à la rigueur, l’histoire est crédible.
      Mais le pourquoi du comment est bien décevant par rapport à ce qu’on était en droit d’attendre avec un tel début ! 🙁

Laisser un commentaire

CommentLuv badge