Critique Casse-tête chinois

Sortie : 4 décembre 2013

S’il y en a certains que j’ai moins aimé comme Peut-être ou Ma part du gâteau, j’ai grandi avec les films de Cédric Klapisch. Evidemment, j’ai une tendresse toute particulière pour L’auberge espagnole, sorti en 2001 mais également pour la suite, Les poupées russes, sorti en 2005. J’ai eu l’opportunité de voir la troisième partie, Casse-tête chinois, en avant-première avec, en prime, la présence du réalisateur, de Romain Duris et d’Audrey Tautou. Si les deux seconds m’ont paru un peu éteints, j’ai aimé écouter le premier parler de son film et de son travail en général car il est particulièrement agréable à entendre.

 Dans Casse-tête chinois, nous retrouvons évidemment Xavier, à présent quarantenaire. Il est loin, le petit étudiant de Barcelone ! En pleine séparation d’avec Wendy, l’anglaise avec qui il est resté 10 ans, il a deux enfants et des problèmes pour trouver l’inspiration. Quand Wendy se tire à New York pour rejoindre son nouveau jules et leur appartement avec vue sur Central Park, Xavier décide de tout plaquer et de les rejoindre. Sur place, il y a aussi Isabelle, son pote lesbienne a qui il a fait un don de sperme pour qu’elle et sa compagne puissent avoir un bébé. De plus, pour pouvoir rester à New York, il va se marier avec une chinoise. Comme toujours, c’est le bordel. Il y a aurait plein de choses à raconter sur le film mais les principaux éléments sont là.

Il est toujours extrêmement agréable de retrouver des personnages qu’on a aimés. Ayant les deux premiers films bien en tête pour les avoir vus et revus, je n’ai pas perdu une miette de ce nouvel opus et autant vous le dire : j’ai adoré ! Je n’étais pas partie avec l’idée d’aimer, bien au contraire : j’avais terriblement peur d’être déçue. Peur que tout ça ne sente que le réchauffé. Alors bien sûr, Casse-tête chinois ressemble beaucoup aux deux autres. Il y a le même rythme, la même narration et parfois même, la même musique. Mais tous ces éléments font écho dans notre petit cœur de fan et à aucun moment, ça ne parait lourdingue ou sans intérêt.

A maintes reprises, la salle a ri. Et moi aussi. Il faut dire que l’humour Klapischien est toujours rendez-vous et bien mené par Romain Duris qui fait beaucoup moins emprunté dans la nouvelle version de son personnage. Moins tête à claques, moins hésitant. L’accent est d’ailleurs mis sur la nouvelle maturité des personnages…bien qu’ils se retrouvent souvent dans des galères qui n’ont rien à voir avec la sagesse que leur « grand âge » aurait dû leur apporter.

Outre son casting et l’intérêt des personnages, ce film se déroule à New York ce qui n’est pas pour me déplaire (ma destination pour Mars !!). Différentes de la grisaille parisienne en début de film, les images de New York sont pleines de vie et de couleur. On suit les pas de Xavier dans une ville qu’on ne connait pas et c’est aussi plaisant que lorsqu’il traine à Barcelone ou à Saint Pétersbourg.

J’avais adoré L’Auberge espagnole, un peu moins apprécié les Poupées Russes et je placerai Casse-tête chinois juste entre les deux. Plus que des retrouvailles avec des personnes et des acteurs qu’on adore, ce film explore d’autres thèmes, d’autres sujets qui sont maintenant ceux de Xavier. Les enfants, la famille, le divorce, l’amour… autant de sujets universels dans lesquels tout le monde peut trouver son compte. On passe tout simplement un très très bon moment. Mais pour en savoir plus… il faudra aller en salles le 4 décembre !

8 comments

  1. Audrey says:

    Tu peux y aller les yeux fermés. Il est vraiment drôle et bien foutu. Je n’ai pas trouvé qu’il y avait de temps mort…c’est du Klapisch quoi. On aime ou on aime pas ! J’avais peur d’être déçue mais c’était cool. Et apparemment, c’est une vraie fin cette fois.

  2. zofia says:

    Je pense que le premier était tellement original qu’il sera toujours supérieur, par ce côté vraiment nouveau. En tous les cas, j’ai hâte de voir celui-là, le 4 c’est dans 3 jours ^^

    • Audrey says:

      Faut dire aussi que je me suis longtemps sentie plus concernée par le 1er, même si j’approche de la trentaine à présent. Dans Casse tête chinois, les préoccupations des personnages sont celles de quarantenaires et donc, pas encore les miennes !

  3. auroreinparis says:

    J’ai vu les deux autres opus, et j’irai voir celui-ci. J’avais découvert l’Auberge espagnole lors d’un baby sitting. Ton avis m’encourage à y aller, mais je ne vais pas trop m’enthousiasmer pour ne pas être déçue. Je vais essayer d’y aller ds la semaine !

  4. Audrey says:

    Je ne suis peut être pas super objective… faut dire que j’ai adoré les deux premiers donc j’étais prête à adorer le second. Ce n’est pas le film qu’on a envie de revoir sitôt qu’on est sortis de la salle mais ça reste un excellent moment pour moi.

  5. Lujena says:

    ça y est, enfin vu ! et pas du tout déçue! Je suis même agréablement surprise… J’ai ri parfois, c’est dire ^^ Les petites références et images des deux précédents films sont plutôt bien intégrées dans le film, l’histoire se tient… 🙂 Un bon moment aussi!

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.