Critique Carrie, la vengeance

Sortie : le 4 décembre 2013

Ayant vu la version originale quelques temps auparavant, je suis allée voir le remake de Carrie. Carrie, la vengeance reprend évidemment la même histoire. Carrie, une jeune lycéenne, est une fille gentille, mais bizarre. Elle vit seule avec sa mère, une sorte de folle obsédée par l’idée de péché. Chaque jour, Carrie est la proie favorite des moqueries de ses camarades. Quand un beau gosse l’invite au bal de fin d’année, elle n’y croit pas vraiment mais poussée par l’envie d’être comme les autres, elle va finalement se laisser tenter.

Qu’on se le dise : ce remake n’a vraiment aucun intérêt. En règle générale, j’apprécie assez Chloë Grace Moretz mais il faut reconnaître qu’elle n’est pas faite pour interpréter un tel rôle. Pas vraiment inquiétante, aucunement dérangeante, elle campe une Carrie pas vraiment convaincante à coups de bouche grande ouverte et d’yeux écarquillés. Il nous en faudrait quand même un peu plus pour frissonner dans nos fauteuils… Elle manque cruellement d’intensité et de charisme dans ce film.

En ce qui concerne le reste, c’est similaire au film original…mais en moins bien. Certaines scènes sont purement copiées de l’original bien que légèrement modernisées. Le calvaire de Carrie, dans la scène d’ouverture, est notamment filmé avec un téléphone et la vidéo, diffusée sur le net. En gros, la Carrie des années 2000 se tape, en plus de tout le reste, un cyber harcèlement par vraiment agréable.

Je ne pourrais même pas dire que la scène finale est plus impressionnante que la scène originale. Il y a évidemment plus de modernité, plus d’effets spéciaux, plus de moyens. Mais comme dans l’intégralité du film : on en voit trop. Carrie développe un don pour la télékinésie et on le sait car les scènes où elle fait bouger les objets sont nombreuses. Bien trop nombreuses. De plus, les ajouts au scénario sont plus que douteux et sans intérêt (notamment à la toute fin).

Dans le film de Brian de Palma, il y avait du mystère, de la sensualité, de la tension bien dosée… Ce remake est beaucoup moins subtil. C’est grossier, manquant de finesse. J’ai eu l’impression qu’on nous en disait toujours un peu trop pour s’assurer qu’on comprenne bien ce qui arrive. De là à dire que c’est un film pour les imbéciles… il n’y a qu’un pas. Je ne parlerai même pas de la fin qui, tout en étant similaire, est TRES différente et finalement, beaucoup plus soft dans son traitement et dans son résultat.

Carrie, la vengeance n’est pas un film pathétique pour autant. Il est vraiment inutile mais il se regarde sans trop de mal. Bien sûr, il faudra supporter les bimbos en mini short et mini jupe, les bons sentiments et même la mièvrerie qu’on a réussi à injecter dans l’histoire. Pour l’apprécier, il faudra quand même avoir du temps à tuer et ne pas avoir vu l’original. Je n’ai pas ressenti grand-chose pour cette Carrie 2013. Trop lisse, trop caricaturale, trop calibrée. Il n’y a pas grand-chose à en dire de plus.

4 comments

  1. Audrey says:

    Ah oui ? J’aurais pourtant pensé le contraire. Faut dire aussi que je l’attends depuis des mois à cause d’un copain qui était particulièrement enthousiaste à son sujet. Sinon, je n’aurai peut être pas été au courant de sa sortie…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge