Critique Bye bye Blondie

Sortie : 21/03/2012

Note : 2.5/5

Le résumé : Gloria et Frances avaient 16 ans dans les années 80. Elles se sont rencontrées en pleine mouvance punk. Elles se sont quittées. Frances est devenue une personne en vue et présente une émission de télé. Gloria vit du RMI, boit, fume… bref, elle n’a pas quitté sa vie d’adolescente et vit au jour le jour. 20 ans après leur séparation, Frances débarque dans la vie de Gloria et la ramène dans son appartement luxueux, en plein Paris.

Ce que j’ai aimé : Il y a quelque chose d’assez beau dans cette histoire, soit les retrouvailles entre deux femmes qui se sont aimées passionnément durant leur adolescence. La vie ne les a pas loupées, comme souvent dans les histoires de Virginie Despentes, bien que cette usure soit différente. Frances a son émission, vit dans un super appart mais cache ses vraies inclinaisons sexuelles au monde. Pour preuve, elle s’est mariée avec un gay ! Béatrice Dalle joue quant à elle un personnage totalement adapté à son univers cinématographique habituel, c’est-à-dire une paumée, une marginale, une femme sans concessions. Gloria est-elle malheureuse ? Pourquoi Frances revient-elle la chercher si soudainement ? Des questions qui resteront en suspens.

J’ai également aimé la pudeur du film, du moins… son traitement des relations sexuelles qui est forcément très différent (et beaucoup plus soft) du premier film de la réalisatrice qui était carrément pornographique. Contrairement à Baise moi, pas de nu, pas de pénétration, pas de trash. La réalisatrice a jugé qu’elle n’avait pas besoin de faire fantasmer les mâles avec un film lesbien mais comme elle le souligne si bien, il est inutile de déshabiller ces personnages pour montrer à quel point elles se désirent. Cela se voit dans leurs gestes, dans leur regard.

On sent également que la réalisatrice s’est fait plaisir en filmant cette jeunesse punk des années 80. L’ambiance, leurs looks, leurs délires et leur état d’esprit… C’est rare de voir ça dans un film français.

Ce que je n’ai pas aimé : Malgré de bons dialogues, une mise en scène correcte, je n’ai pas non plus craqué sur ce film. Sans doute parce qu’il n’a pas vraiment de style, pas vraiment de classe. La musique est bien choisie mais l’image est franchement moche, voire classique dans le meilleur des cas. J’aurais aimé une réalisation plus stylisée, plus… recherchée.

En bref : Une bonne BO, de bonnes actrices, une histoire d’amour qui pourrait presque être touchante… mais une petite déception quand même. Bye bye blondie fait l’éloge de la vie présente, refuse la nostalgie, est résolument optimiste mais manque cruellement d’énergie.

4 comments

    • petiteconne says:

      J’ai lu et j’ai vu Baise moi et cela ne fait guère partie de mes oeuvres préférées de la Despentes… Le film, en plus d’être porno, est dégueulasse dans le sens où l’image est vraiment laide, les acteurs mauvais (on peut pas être bons dans tous les registres, tu me diras…).
      Même si Bye bye Blondie a des qualités, je pense qu’on peut très facilement faire l’impasse. D’ailleurs, Virginie Despentes a changé l’histoire du roman pour en faire une love story lesbienne ce qui est déjà contestable à la base…

  1. petiteconne says:

    Bye bye blondie, ce n’est pas le meilleur à mon avis (le meilleur étant sans aucun doute le dernier roman Apocalypse bébé), mais je pense que tu trouveras ça pas trop mal. Quant aux nouvelles de Mordre au travers… c’est inégal. Je crois que j’en avais parlé sur ce blog, d’ailleurs.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.