Critique Blasmusikpop, de Vea Kaiser

Pour tout vous dire…

J’ai gagné Blasmusikpop dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio. En toute logique, je remercie donc vivement Babelio mais également Les éditions Presses de la Cité pour m’avoir permis de découvrir un livre que je n’aurais peut-être pas ouvert sans ce coup de pouce du destin !

Blasmusikpop est gros livre bien dodu écrit par Véa Kaiser, une étudiante autrichienne qui, je crois, avait 24 ans au moment de la publication du livre dans son pays. Ce roman fait partie de la rentrée littéraire des éditions Presses de la Cité et est sorti aux alentours du 19 août, si ma mémoire est bonne.

Dès le départ, je préfère être honnête : Blasmusikpop est un roman dense, original, frais et dont les qualités sont certaines… mais c’est aussi un roman qui n’a pas su toucher la lectrice que je suis. Je n’ai tout simplement pas accroché à l’histoire qui nous est présentée et le style de l’auteure ne m’a pas spécialement plu.

De quoi ça parle ?

Blasmusikpop nous raconte l’histoire du village de Saint-Peter-sur-Anger et plus particulièrement de Johannes, un jeune homme qui a doucement délaissé sa famille et son travail pour étudier à la bibliothèque du village. En effet, alors qu’un bébé grandissait dans le ventre de sa femme, un vers solitaire gambadait dans le sien. Dans un premier temps dégoûté, Johannes s’est finalement passionné pour ce phénomène si étrange et s’est plongé dans les sciences.

Le souci ? Johannes vit dans un village de paysans à moitié attardés. Coupés du monde et de la civilisation, ils considèrent que l’éduction (et lire des livres) est très suspect. Johannes est forcément de plus en plus mal vu… et quand il découvre que son enfant n’est en fait pas le sien (mais celui du voisin), le jeune homme quitte le village et part étudier la médecine en ville. Bien des années plus tard, il revient à Saint-Peter-sur-Anger en tant que médecin. Éclairé, cultivé, il retrouve son village tel qu’il l’a laissé…. Mais léguera son amour des sciences à son petit-fils.

Mon verdict !

D’emblée, j’ai aimé l’originalité de ce roman et la créativité de l’auteur qui a imaginé ce village fictif avec des personnages plus vrais que nature, un dialecte particulier et des anecdotes souvent assez savoureuses. La chronique de ce village est assez vaste puisque nous allons rencontrer trois générations. Nous passons en effet de 1959, avec la jeunesse de Johannes à l’année 2010 avec les tribulations de son petit-fils (qui porte le même prénom).

Dès le début, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. Peut-être parce que je ne savais vraiment pas où je tombais ! Il y a 1001 sujets évoqués dans ce livre, la science, le progrès, une réflexion sur les petites communautés, sur l’amour, sur les liens familiaux…. C’est un peu foutraque, on ne sait pas vraiment où l’auteur veut nous amener…. Le roman devient plus intéressant dès que Johannes (le petit fils) entre en scène.

Cette vie de village, pittoresque et drôle pour beaucoup de lecteurs, m’a un peu laissée de marbre et là où certains jubilaient à cause du patois employé par les personnages, moi je trainais la patte. Je n’ai pas trouvé les dialogues savoureux et j’ai eu du mal à avoir de la sympathie pour Johannes et sa famille. J’ai aussi eu beaucoup de mal à m’intéresser aux chroniques historiques qui sont insérées entre certains chapitres. Elles ont rendu ma lecture encore plus laborieuse.

Pour conclure :

Vea Kaiser n’a pas à rougir de son livre. Il témoigne d’un vrai talent pour le genre littéraire. Je le trouve plutôt ambitieux pour une fille de 24 ans. Il a petit truc de loufoque, quelque chose en plus qui en fait, à mon sens, un ovni littéraire. Ça plait ou ça ne plait pas ! Dans tous les cas, cette fille a sans doute une belle carrière d’écrivain devant elle. Néanmoins, elle se fera peut être sans moi… à moins que le thème de son prochain roman me touche plus !

masse_critique

tous les livres sur Babelio.com

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.