Critique bd : L’asssassin qu’elle mérite – tome 4, Wilfrid Lupano et Yannick Corboz

9782749308180-LRésumé

Paris, 1900. Victor a finalement sauvé Léna, celle qu’il avait prévu d’assassiner pour se venger d’Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu’il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l’électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l’Exposition Universelle…

Mon avis

Et voilà ! C’est avec ce tome 4 que l’aventure L’assassin qu’elle mérite se termine pour de bon ! J’avais reçu cette bd à Noël mais j’ai fait un peu traîner, non pas parce que je n’avais pas envie de la lire mais parce qu’elle allait clôturer une histoire que j’ai bien aimé et que je ne voulais pas abandonner. C’est pourtant chose faite à présent mais ce qui est marrant, c’est que je ne saurais pas trop quoi vous en dire si ce n’est que j’ai été vraiment séduite par une bd historique que l’on pourrait parfaitement qualifier de sociologique car elle nous raconte le cheminement de personnages issus de milieux sociaux différents.

Ce tome 4 se termine entre ombre et lumière, espoir et désillusions et s’imbrique donc parfaitement bien dans une histoire qui comporte, on l’avait compris, de grosses parts d’ombre, reflets des vices et du cynisme de certains personnages.

Ce dernier tome parle bien de vengeance mais d’une vengeance qui ne tourne absolument pas comme on aurait pu s’y attendre. Encore une fois, le scénario fait très fort et va de pair avec des dessins d’une grande beauté. Le Paris de 1900 est super bien rendu, l’exposition universelle est toujours présente en toile de fond avec des thèmes aussi variés que les progrès des sciences et des technologies, (l’électricité de plus en plus présente dans la vie quotidienne), l’ouverture du pays sur le monde, l’espoir que ce 20ème apporte plus de joie et plus de bonheur… Autant d’illusions mises à mal par les luttes ouvrières qui commencent à se profiler, notamment grâce au couple d’anarchistes qui est mis en scène.

En bref,

Une jolie bd aussi bien dessinée que bien écrite, avec une belle ambiance de fin de 19ème, début 20ème, de beaux personnages aux multiples facettes et un ton un peu cynique qui trouve écho en moi. Pas forcément une histoire très gaie mais loin d’être déprimante pour autant. Je conseille vivement cette lecture !

 

4 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge