Critique Auprès de moi toujours – Kazuo Ishiguro

« Je m’appelle Kathy H. J’ai trente et un ans, et je suis accompagnante depuis maintenant plus de onze ans. Je sais que cela paraît assez long, pourtant ils me demandent de continuer huit mois encore, jusqu’à la fin de l’année. Cela fera alors presque douze ans. Si j’ai exercé aussi longtemps, ce pas forcément parce qu’ils trouvent mon travail formidable. Je connais des accompagnants très compétents qui ont été priés d’arrêter au bout de deux ou trois ans à peine. Et je connais le cas d’un accompagnant au moins qui a poursuivi son activité pendant quatorze ans alors qu’il ne valait rien. Je ne cherche donc pas à me vanter. Pourtant je sais de source sûre qu’ils ont été satisfaits de mon travail, et dans l’ensemble, je le suis aussi ».

 

Il y a un peu plus de 2 ans, je parlais d’un film qui m’avait particulièrement marquée : Never let me go. Alors que je l’avais plus ou moins oublié, je suis retombée sur le livre dont il a été adapté : Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro.

Je n’ai jamais rien lu de cet auteur mais je me souviens en avoir entendu parler pour la première fois il y a 10 ans car mes camarades de terminale qui étaient en anglais renforcé lisaient Les vestiges du jour, un autre roman bien connu de Kazuo qui a également été adapté au ciné (notamment avec Anthony Hopkins au casting). J’ai vu le film, je n’ai pas encore lu le livre alors que je me l’étais promis…

Bref, cette lecture m’a semblé bien différence de celles que j’ai pu faire dernièrement. Beaucoup plus dense, beaucoup plus compacte et, je dois bien le dire, beaucoup plus astucieuse, beaucoup plus recherchée. Ce qui m’a frappé dans Auprès de moi toujours, c’est la manière dont on suit les pensées de Kathy, la narratrice. Alors qu’une phase très importante de sa vie est en train de se terminer, elle remonte dans le passé nous racontant son enfance à Hailsham et surtout, son amitié avec Ruth et Jimmy. Leurs peines, leurs espoirs…et leur triangle amoureux.

Le livre est construit un peu comme la pensée humaine : par associations d’idées. Tout s’enchaine mais tout n’est pas toujours fluide et bien organisé dans la tête de la narratrice. Alors que Kathy pense à un certain épisode, elle repart encore un peu plus loin dans ses souvenirs pour nous expliquer les tenants et les aboutissants de la scène concernée pour enfin revenir à cette dernière. Car tout est lié. Mais il y a une progression malgré tout, une volonté de faire avancer l’histoire et de la pousser jusque dans ses retranchements les plus dramatiques.

Il faut dire que l’histoire d’Auprès de moi toujours est plutôt lourde. Il ne s’agit pas d’une histoire futuriste étant donné que l’action se situe entre les années 60 et les années 90 (mais lesquelles finalement ? on pourrait être tentés de placer l’histoire dans un autre siècle mais la Grande Bretagne telle qu’elle est décrite ressemble exactement ce que nous connaissons…) mais dans cette société imaginaire, les clones sont omniprésents. Elevés par des institutions, ils ont un seul but, une seule motivation : arriver à l’âge de faire des dons (ce qui arrive généralement entre 20 et 30 ans, il n’y a pas de règles). Bien entendu, Kathy, Ruth et Jimmy sont des clones et on un destin tout tracé.

Le thème est dérangeant et le livre bouleverse, met vraiment mal à l’aise. J’avais ressenti ce sentiment en regardant le film mais avec du recul, je trouve que tout était amené un peu trop rapidement, trop lourdement. Le livre est plus nuancé, plus subtil et un poil plus évasif. L’auteur met du temps à en venir dans le vif du sujet et les 100 premières pages peuvent sembler assez difficiles car aucune information ne filtre. Kathy ne nous dira pas tout car en écrivant, elle considère que nous en savons déjà assez sur tout ça.  Elle nous raconte comme si nous faisions partie du même monde qu’elle.

Une belle lecture triste, dramatique, fatale qui nous laissera plein de questions en tête. Un livre dont on se souvient longtemps.

2 comments

  1. petiteconne says:

    C’est une lecture très originale… si tu as un peu de mal à entrer dans l’histoire au début, persiste ! ça en vaut la peine.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge