Critique Au bout du conte

Sortie : le 6 mars 2013

C’est sciemment que j’ai ignoré Au bout du conte lors de sa sortie. En général, j’aime beaucoup les films du tandem Bacri/Jaoui mais l’histoire ne me tentait pas plus que ça à ce moment-là et j’avais également quelques a priori sur les acteurs. Entre temps, je me suis réconciliée avec Agathe Bonitzer que j’ai beaucoup aimé dans A moi seule et avec Arthur Dupont qui m’a beaucoup plu dans Mobile Home. Bref, je les ai récemment vus dans deux films que j’ai vraiment appréciés et que je conseille encore une fois…alors pourquoi ne pas se lancer ?

Difficile de résumer une histoire qui se joue sur plusieurs plans, à plusieurs échelles, entre plusieurs personnages.

Au bout du conte est un film axé sur le couple formé par Laura et Sandro, deux étudiants qui n’appartiennent pas au même monde mais dont la rencontre amoureuse a tout du conte de fées. Elle est la femme de sa vie, il est le prince qu’elle attendait. Ils en sont certains. Autour d’eux, gravitent leurs parents, la tante de Laura, les amis de Sandro… Le jeune couple va vite se faire rattraper par les réalités de la vie.

Entre amour, trahison, mort, envies et regrets, Au bout du conte est un film foisonnant qui oscille constamment entre conte et réalité, d’un point de vue scénaristique mais également d’un point de vue artistique.

Comme toujours, Bacri et Jaoui ont écrit un scénario intelligent, nuancé… Les dialogues sont également très bons. En somme : on y croit ! On ne sait pas toujours s’il faut rire ou s’attrister des péripéties des personnages et cette ambigüité donne une grande force au film. Chacun en fait bien ce qu’il en veut et comprend l’histoire au degré qu’il souhaite.

Les personnages sont bien écrits, ils sont vivants, humains, palpables. L’histoire tourne autour d’eux et non le contraire. Difficile de ne pas s’attacher à Sandro. Jeune compositeur bègue qui veut vivre pour sa passion. Difficile de ne pas s’intéresser à la vie de Marianne qui, depuis sa séparation, ne sait plus rien faire toute seule. Et à la fille de cette dernière qui se passionne pour la Bible. Quant à Laura… elle est moins sympathique à mes yeux, trop rêveuse, pas assez fiable, trop égoïste aussi…

Alors bien sûr, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Bacri fait du Bacri. Autrement dit : il joue Pierre, un homme grincheux, renfermé, qui n’aime pas les enfants. Il est accessoirement le père de Sandro et au début du film, il enterre son propre père. Selon une voyante, il doit mourir dans 3 mois et à mesure que la date approche, il commence sérieusement à flipper…sans vouloir avouer à son entourage qu’il a été déstabilisé par cette annonce morbide… Ses réactions ont un grand potentiel comique (enfin à mes yeux ^^).

Au bout du conte nous livre une histoire désenchantée, loin d’être mièvre ou guimauve. Il n’y a pas vraiment d’histoire. Juste plusieurs histoires qui s’entremêlent.

7 comments

  1. zofia says:

    J’en garde un bon souvenir, j’ai souvent ri pendant le film, ce qui est plutôt bon signe, j’ai bien aimé les incursions de conte de fées dans le film et j’ai adoré le rôle de Benjamin Biolay !

  2. auroreinparis says:

    Quand Bacri fait du Bacri, en général j’aime ça. Je ne suis pas allée le voir en salle, sans trop savoir pourquoi. Je le verrai peut être en VOD, je ne suis pas contre en tout cas, il a l’air plutôt sympathique.

  3. Audrey says:

    Oh oui j’aime beaucoup ce genre de personnages/interprétation moi aussi ^^

    J’ai pas mal de critiques qui disaient que c’était un mauvais cru Bacri/Jaoui… il est peut être moins bons que leurs anciens mais je l’ai trouvé très intéressant quand même.

  4. Lujena says:

    Je l’ai regardé avant hier, j’ai été déçue……. 🙁 Je n’ai pas réussi à me fixer sur les différentes histoires… Même si j’ai adoré le rôle de « connard » de Biolay, et Bacri en mec « qui s’en-fout-de-mourir-mais-quand-même-ça-me-tracasse-cette-date-du-14-mars » ^^

    • Audrey says:

      Ah merde ! 🙁 C’est vrai que ce n’est pas leur meilleur mais il a quand même son intérêt (enfin à mes yeux). Les personnages ne t’ont pas plu ou c’est le traitement de l’histoire qui t’as posé problème ?

Laisser un commentaire

CommentLuv badge