Critique Anna Karénine, Léon Tolstoï [Challenge Les filles de Mrs Bennet] – Partie 1 –

9782266234306

Ceux et celles (enfin surtout « celles ») qui me suivent sur Facebook ou qui jettent un œil à mes « c’est lundi » savent que j’étais sur Anna Karénine depuis un petit moment. Je l’ai finalement terminé avant de partir en vacances et vu l’épaisseur de l’œuvre et sa richesse indéniable, j’ai décidé d’en parler en plusieurs parties sur ce blog plutôt que d’écrire un article-fleuve totalement indigeste.

Challenge Les filles de Mrs Bennet

Ce premier article va tout d’abord me permettre de valider ma participation au Challenge Les filles de Mrs Bennet pour le mois de Mars. Ce mois-ci, la consigne était : Un livre dans lequel l’héroïne refuse une demande en mariage.

Dans Anna Karénine, c’est Kitty qui refuse une demande en mariage. Au début du roman, Levine accourt afin de lui demander sa main mais la jeune femme le délaisse pour le beau comte Alexis Vronski qui sera, quant à lui, beaucoup plus intéressé par Anna mais ça… c’est une autre histoire ! 

On pourrait me reprocher d’avoir sauté sur le personnage de Kitty, et non sur celui d’Anna, pour valider la consigne. Or, après lecture de l’œuvre de Léon (oui, on a passé pas mal de temps ensemble alors je l’appelle par son prénom), je me suis vite rendue compte qu’Anna n’est finalement qu’un personnage parmi tant d’autres. Ce n’est d’ailleurs pas avec elle qu’on ouvre le roman. Et elle meurt avant la fin… Kitty a donc parfaitement sa place au cœur du challenge !

Une lecture longtemps repoussée

J’ai acheté Anna Karénine en 2013. J’avais été attirée par le nom de l’auteur, que je voulais découvrir et puis j’avais trouvé le rapport nombre de pages/prix assez intéressant… Ne rigolez pas : avoir l’opportunité de lire près de 1000 pages pour moins de 5 euros… c’est le genre d’info qui parle à mon petit cœur économe !

Si je n’ai pas ouvert le bouquin pendant ces dernières années, c’est grâce aux nombreuses mauvaises excuses que je me trouvais. Je disais constamment vouloir commencer ce livre en vacances mais quand j’étais en vacances, je disais qu’il était bien trop sérieux pour être lu en vacances… et ainsi de suite. Le temps passe vite, vous le savez ! Et certains livres qui valent pourtant la peine… finissent par prendre la poussière.

Pourquoi l’ai-je sorti de ma bibliothèque ? Et bien… grâce à la série BBC Guerre et paix. Je me suis immergée dans l’ambiance russe et je me suis dit qu’il faudrait peut être que j’apprenne finalement à connaître Tolstoï… Plutôt que de foncer acheter Guerre et paix, j’ai été sage et ouvert le livre que j’avais à disposition.

Début de lecture : le choc !

Alors que je pensais que Tolstoï était synonyme d’une écriture alambiquée, complexe, vieillie et dure à suivre, j’ai découvert une plume, certes classique (faut pas déconner non plus), mais tout à fait compréhensible et bien souvent, terriblement agréable à lire. Certes, il y a des passages plus compliqués dans Anna Karénine et moins intéressants. J’ai, par exemple, été moins intéressée par toutes les conversations qui portent sur la condition sociale des paysans bien que les considérations humanistes et modernes de Lévine sur ces derniers m’aient touchée.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Kitty (auquel je suis obligée de coller le visage d’Alicia Vikander) et son parcours, finalement beaucoup plus positif que celui d’Anna qui reste un personnage terriblement mystérieux et complexe à mes yeux…

J’ai également été marquée par la finesse des analyses psychologiques de l’auteur… Anna Karénine est vraiment un grand livre mais je vous en reparle plus en détails la prochaine fois !

Lesfillesdemrsbennet2

6 comments

  1. Zofia says:

    Je m’étais arrêtée en cours de lecture, d’une part parce que le livre était pas à moi et que je devais le rendre rapidement, de l’autre parce que je n’ai pas réussi à entrer à fond dans l’histoire. Ce dont je me rappelle surtout du bouquin, c’est des longs passages sur les paysans et leurs conditions, mais je sais que c’est loin d’être que ça. Il me faudrait sans doute une nouvelle lecture.

    • Audrey says:

      Bon je pense que si tu avais vraiment vraiment aimé, tu aurais acheté le bouquin pour le terminer, non ? ^^ Comme tu dis, ça t’avais sans doute moyennement convaincue. Mais c’est vrai que pour arriver au bout, faut le vouloir car il est particulièrement long ! Il faut avoir la motivation et je comprends aussi que tu l’aies laissé en suspens même si c’est dommage quand même ! 🙂

      Je trouve que la dimension sociale/philosophique du roman repose sur le personnage de Levine… qui n’est autre que le double de l’auteur. Enfin je l’ai vu comme ça. Et c’est vrai qu’il est assez présent dans le récit.
      Cela dit, les passages un peu plus chiants, n’ayons pas peur des mots, sont finalement assez courts ! 😀 Enfin j’ai trouvé qu’ils passaient assez vite !

  2. Kitsy says:

    J’adore tes chroniques, elles sont délicieuses à lire XD. Moi aussi 5 euros pour 1000 pages, c’est le genre de choses qui me parlent ^^. Et je me dis souvent la même chose pour beaucoup de livres : oh j’attendrais les vacances, et quand je suis en vacances, oh mais non c’est trop sérieux pour les vacances ! J’imagine les personnages du film maintenant. Si son écriture n’est pas trop compliquée, je vais peut être tenter de le lire aussi. Et il faut que je regarde la série guerre et paix 🙂
    Kitsy Articles récents…Victorian Fantasy T1 : Dentelle et nécromancie (Georgia Caldera)My Profile

    • Audrey says:

      Je vois qu’on se comprend alors ! 😀

      L’écriture de l’auteur n’est pas trop compliquée… ce qui pourra te poser souci, c’est la longueur du livre. Je sais pas si tu es comme moi mais j’aime varier les lectures et parfois, j’évite les trop gros livres pour ne pas rester bloquée dessus pendant trop longtemps !

      Mais dans le cas d’Anna, je l’ai lu en parallèle d’autres livres donc ça va ! ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge