Critique American Nightmare 2 (The Purge) : Anarchy

Sortie : 23 juillet 2014

En octobre dernier, j’avais rattrapé mon retard en matant le premier American Nightmare. J’avais été un peu mitigée, notamment à cause des acteurs et du huis clos qui rendaient finalement l’intrigue assez risible. Aimant malgré tout  le concept de base, j’ai décidé d’aller me faire un avis sur American Nightmare 2 : Anarchy.

Le film commence deux heures avant le début de la purge annuelle, celle qui permet aux citoyens de réaliser tous les crimes qu’ils souhaitent sans avoir peur d’être appréhendés par la suite. Pendant une nuit, tout est permis, même le meurtre. Nous suivrons une poignée de personnes : une mère et sa fille, un homme mystérieux en quête de vengeance, un couple dont la voiture est tombée en panne au mauvais endroit et surtout, au mauvais moment… Tout ce petit monde va tenter de survivre.

American Nightmare 2 : Anarchy est, dans le fond, un film assez immoral. Le fait que, l’espace d’une nuit, tout soit permis a quelque chose d’extrêmement angoissant, même pour les spectateurs. Ce 2ème opus a quelque chose de plus que le premier : il se passe dans le centre-ville et permet des courses poursuites qui étaient forcément absentes du premier. Pour ma part, j’ai été fasciné par la première demi heure de ce film et j’avais hâte de suivre les mésaventures des différents personnages.

Néanmoins, ma tension et mon angoisse sont vite retombées pour laisser place à un léger ennui. La ville, qui aurait dû avoir une place de choix dans American Nightmare 2 : Anarchy est vraiment mal exploitée. Bien sûr, des gangs prêts à répandre le sang sont à tous les coins de rue mais quelque chose cloche dans cette surenchère qui finalement, n’est pas plus effrayante que ça. A vouloir faire plus spectaculaire, le film perd en intensité et le concept, en intérêt. On oublie la purge, on oublie les raisons qui ont poussé le gouvernement à l’imposer, on oublie de réfléchir sur la dimension politique et sociale d’une telle mesure (même si on appuie bien sur le fait que les plus démunis soient les premiers visés et les premières victimes de la purge).  Le film n’a plus rien de satirique. Il s’agit juste de fuir et/ou de zigouiller. A vous de voir ce que vous préférez.

Il faudrait également parler des personnages qui sont tout sauf charismatiques. Et cela concerne aussi le fameux Léo qui souhaite venger son fils mais qui va, tel une mère poule, devoir protéger et mener à bon port quelques citoyens malheureux et incapables de se défendre.

A mes yeux, American Nightmare 2 : Anarchy n’est donc pas une réussite. L’anarchie ? C’est pas pour aujourd’hui. Trop sage, trop soft, le film se veut tout public alors que son thème sulfureux et impolitiquement correct aurait mérité un meilleur traitement… ça se regarde mais les choses ne vont pas assez loin. En tous cas, on peut deviner que ce second volet sera suivi par un 3ème car ce concept peut être décliné à l’infini.

4 comments

    • Audrey says:

      Le thème des deux films est intéressants mais personnellement, je trouve que la réalisation et l’histoire ne sont finalement pas à la hauteur. Mais ça peut passer pour une soirée tranquille à la maison.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge