Critique 40 ans : mode d’emploi

Sortie : 13 mars 2013

Je ne suis pas une inconditionnelle de Judd Apatow. Pour preuve, je n’ai vu aucun de ses films ni 40 ans, toujours puceau, encore moins En cloque, mode d’emploi et surtout pas Funny People dont je déteste le casting. Bref, je suis arrivée en terrain inconnu et je suis repartie un brin mitigée.

40 ans : mode d’emploi raconte la vie de Pete et de Debbie, un couple de quarantenaires. Ils ont deux filles, âgées de 8 et 13 ans et en sont à l’heure du bilan : bilan de couple, bilan professionnel, bilan personnel… Evidemment, tout n’est pas rose et parfait pour ces deux-là, d’où une certaine frustration, un certain énervement, une certaine… tension.

40 ans : mode d’emploi parle du temps qui passe, de l’âge, du couple et de ses désillusions, des rêves qui s’échappent, du rôle du père (mais également des parents dans une moindre mesure), de la vie de famille… Bref, de la vie tout court ! Parfois, ça fait mouche. La première heure est particulièrement réussie et j’avoue que sans être fan à 100%, j’ai passé un bon moment. La seconde partie m’a parue beaucoup moins intéressante et surtout, beaucoup moins drôle. A mes yeux, l’histoire finit par s’embourber : 2h14 pour une comédie américaine de base (ou presque), c’est presque une heure de trop pour moi.

Difficile également de vraiment plaindre ce couple qui pète un câble alors que, finalement, ils semblent tout avoir pour être heureux : deux jolies filles, une très belle maison, des boulots corrects, des amis et qui surtout sont plutôt bien foutus pour leurs 40 ans ! Pas de quoi flipper quand on a encore le corps de ses 20 ans ! (ok j’exagère mais vous avez compris l’idée : ils sont loin d’être de vieux croulants).

J’aime beaucoup Paul Rudd alors je n’ai pu que m’enthousiasmer de sa présence mais j’ai également découvert la très belle Leslie Mann que je retrouverai prochainement dans le nouveau Sofia Coppola : The Bling ring. Soit dit en passant, j’ai quand même eu beaucoup de peine pour Megan Fox qui joue, encore une fois, la bimbo de service et qui n’est visiblement là que pour montrer son corps de rêve (cf la scène de la cabine d’essayage, de la coucherie dans le magasin et de la piscine). Quel bon rôle de merde ! (mais peut être ne mérite t elle rien de plus ? j’avoue ne pas avoir d’avis sur la question).

En somme, la force de 40 ans : mode d’emploi, c’est l’universalité de son propos. Je n’ai pas 40 ans mais je n’ai pas eu de mal à comprendre ce couple. Tous les personnages sont très humains et donc, très attachants. L’humour un peu douteux parfois est à souligner : c’est un peu lourdingue mais certaines scènes sont tout simplement très drôles et feront sourire les plus exigeants. Malheureusement, ce film est bien trop long et tourne assez vite en rond entre les disputes, les cris, les pleurs, les réconciliations, les disputes, les cris…40 ans : mode d’emploi ne semble pas avoir de vrai fil conducteur et se présente plutôt comme une suite de petites scénettes que comme un vrai film avec une vraie histoire. Au bout d’un moment, on a juste envie que ça s’arrête. Dommage.

2 comments

  1. auroreinparis says:

    Je suis encore plus mitigée que toi dans un sens négatif, je me suis franchement ennuyée, j’aurais pas vu les choses comme ça mais bon … Maintenant je sais que je suis de moins en moins séduite par les films de ce réal.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.