Critique 3 coeurs

Sortie : 17 septembre 2014

 

Quand j’ai vu la bande annonce de 3 cœurs, j’ai tout de suite été super emballée. La présence de Charlotte Gainsbourg y était évidemment pour quelque chose mais j’ai également pensé au coup de cœur que j’avais eu pour Les adieux à la reine (2011) du même réalisateur. J’ai donc délaissé mon ciné habituel (où j’ai une carte illimitée) pour aller voir ce film dans un autre établissement qui le diffusait (18 euros pour deux, ça fait très très mal d’aller au ciné sans abonnement !). Pour tout vous dire, j’ai malheureusement été déçue par un film que j’ai trouvé très fébrile et surtout, très théâtral.

L’histoire : un soir, alors qu’il vient de rater le train qui devait le ramener à Paris, Marc tombe sur Sylvie. Charmés l’un par l’autre, ils marchent ensemble jusqu’au petit matin et se séparent sur le quai de la gare. Un rendez-vous est fixé sur Paris, le vendredi suivant. Par malheur, Marc arrive trop tard ce jour là et Sylvie est déjà repartie. Entre temps, Sylvie s’envole pour les Etats-Unis. Marc la cherchera quelques temps dans la ville puis rencontre Sophie. Ils entament une relation sincère… Marc ne sait pas encore que Sophie n’est autre que la sœur de Sylvie. Une révélation qui risque évidemment de mettre à mal tout leur bel équilibre.

Vous l’aurez compris, nous sommes en plein mélo, en plein triangle amoureux où la passion et la peur de faire du mal sont omniprésentes. J’ai bien compris les enjeux et j’ai vraiment apprécié certaines scènes, certains affrontements. Dès le début du film, il y a beaucoup d’intensité dans les échanges de regards et une certaine tension qui nous oppresse et qui, finalement, nous rapproche du personnage de Marc qui a légèrement le cul entre deux chaises. Les acteurs sont évidemment très bons, on croit en leurs relations (familiales ou non). Rien ne m’a paru maladroit ou bête. Pourtant… beaucoup de choses m’ont fait tiquer et m’ont finalement empêchée de rentrer dans l’histoire.

Premier agacement : le réalisateur insiste lourdement et les personnages aussi : nous sommes en PROVINCE. Ce fameux mot hyper agaçant et un brin méprisant, ce fameux mot que les parisiens aiment sortir à tort et à travers quand ils ne parlent pas de la capitale. Nous sommes donc en PROVINCE, autrement dit, dans une ville fantôme (hyper exotique pour le personnage de Marc apparemment) qui s’éteint tous les soirs en fin de journée pour ne renaître qu’au matin. En somme, une jolie manière de mettre tout un pays et un large panel de ville toutes différentes les unes des autres dans le même panier. Quel intérêt d’insister de la sorte pour parler d’une ville finalement anonyme ?

Deuxième agacement : la mise en scène. Les mouvements de caméra étranges et vieillots, la voix off qui intervient brusquement… tout cela donne un caractère très superficiel au film. Quand un narrateur prend l’histoire en charge de A à Z, je trouve ça logique et intéressant mais quand il intervient 2 ou 3 fois à des instants saugrenus, je suis désolée, je trouve ça tout simplement trop facile.

Troisième agacement : que l’histoire traine en longueur comme ça. Je ne m’attendais pas à ce que l’intrigue de 3 cœurs s’étale sur plusieurs années. A mes yeux, l’histoire aurait gagné en intensité si elle s’était concentrée sur un court laps de temps.

3 cœurs est un film qui se veut super romanesque mais qui n’est finalement que le faible reflet de ces histoires d’amour déchirantes dont on se souvient longtemps. Ce long métrage manque finalement beaucoup de poésie et de beauté. C’est trop terre à terre, pas du tout inventif ni original et finalement, (et c’est le pire !!) très peu émouvant. Ce triangle amoureux n’est donc pas hyper passionnant, à mon grand regret.

3 comments

    • Audrey says:

      C’est juste mon avis ! Sur allociné, j’ai aussi lu des critiques élogieuses. Je pense qu’il n’y a pas de juste milieu : soit tu adhères, soit tu trouves à redire.

Répondre à Zofia Annuler la réponse

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.