Challenge les filles de Mrs Bennet – lecture de Juillet : Autant en emporte le vent

Ce mois-ci, le thème du challenge était : Un livre dans lequel le personnage féminin est secrètement amoureuse. Dans Autant en emporte le vent, Scarlett nourrit justement une passion secrète et coupable pour Ashley.

autantenemporte

Une histoire de retrouvailles

J’ai découvert l’univers d’Autant en emporte le vent quand j’étais au lycée. Je considère souvent que j’ai fait cette lecture en terminale mais je crois que c’était plus tôt car, à l’époque, j’étais encore abonnée à la médiathèque de ma ville, chose qui m’avait permis de d’emprunter directement la « fausse suite » écrite par Alexandra Ripley. Bref, ça fait donc plus de 10 ans et mes souvenirs de l’histoire étaient présents, mais lacunaires. Par exemple, concernant Scarlett, j’avais quand même zappé 1 mari sur 3 et 2 enfants sur 3 (je ne me souvenais que de Bonnie), j’avais oublié que la présence de Rhett était si ponctuelle (il y a quand même des passages où il disparaît longtemps) et j’avais déformé dans mon esprit certaines choses comme la mort de Mélanie ou encore celle de Gérald.

tumblr_o0osl9eel01sb3pzio1_1280

Une lecture commune

Comme vous le savez, j’ai proposé à Zofia de faire une lecture commune peu après avoir appris qu’elle comptait lire ce roman pour le thème du mois de juillet. C’était ma première lecture commune et vu le pavé, j’ai apprécié de savoir régulièrement où en était ma camarade de lecture. Ces dernières semaines, j’ai été pas mal dispersée entre plusieurs livres et je suis bien souvent revenue dans le droit chemin en apprenant que Zofia avait bien avancé.. et moi pas hum !!

Un livre raciste ?

Ne me prenez pas pour une naïve : je ne suis pas une spécialiste de la guerre de Sécession MAIS j’ai bien compris que le sud dans lequel vivait Scarlett était un sud esclavagiste. Et qui dit esclaves dit travail forcé, assujettissement, mépris et bien souvent, violence. Mais j’avais oublié toute cette dimension suite à ma première lecture. Force est de constater que le monde esclavagiste qui nous est présenté au début de l’œuvre est presque idyllique dans le sens où les familles en question entretiennent des relations presque amicales avec leurs noirs. Je ne dis pas que ça n’existait pas. Je dis que ça semble trop beau pour être vrai mais bon, passons.

Avant ou après la guerre de Sécession, même discours chez les sudistes : les noirs sont bêtes et leur QI oscille entre celui d’un enfant non doué de raison et celui d’un animal. Ainsi, quand Scarlett retrouve le grand Sam, son comportement est comparé à celui d’un chien content de revoir son maître, les expressions de la vieille Mama sont parfois comparées à celles d’un singe et je vous en passe…

Le pire, c’est peut-être la justification du Ku Klux Klan. En gros, les membres qui participent à ces « réunions » d’un genre étrange considèrent que leurs actes cruels (pendaison et cie) ne sont que justice. Rappelons qu’après la guerre, les yankees occupent la place et que les sudistes, les vaincus, ont bien du mal à vivre entre les envahisseurs du nord et les noirs affranchis. Donc en résumé, dès qu’un noir fait un peu le malin, les sudistes contournent la loi et se font justice eux mêmes (en partant du fait que les yankees sont pro-noirs et qu’ils ne bougeront pas).

Malgré tout, Autant en emporte le vent n’est pas forcément un roman raciste et ce, pour une raison : Margaret Mitchell (1900-1949) a fait le choix d’adopter le point de vue du sud. Si on se réfère à ce point de vue sudiste, les noirs étaient des inférieurs et les yankees, des gens infréquentables et cela n’aurait pas eu de sens de faire croire le contraire quand on se glisse dans la peau de personnages justement issus de ce sud. Après, je ne me risquerai pas à faire d’autres conclusions, ignorant totalement l’opinion et les convictions profondes de l’auteur sur le sujet.

Une histoire d’amour pas commune

Les gens qui se moquent d’Autant en emporte le vent imaginent souvent que l’histoire que le livre raconte est niaise, cucul… à l’eau de rose. Ils ont certainement en tête toutes ces scènes du film où l’on voit Clark Gable tenant Vivien Leigh dans ses bras comme sur l’affiche. C’est vrai qu’on dirait un peu la couverture d’un vieil Harlequin, non ? L’homme à la chemise ouverte qui tient une femme à la poitrine presque dénudée dans ses bras, sur un fond de ville en feu, ça laisse songeur. Forcément. Tu t’imagines un truc torride. Mais en fait, non.

14657045Peut-être que mon esprit a été faussé avec le temps mais je ne trouve pas qu’Autant en emporte le vent soit un livre niais et mielleux. Au contraire, je le trouve cruel et presque cynique. Le couple central, soit Scarlett et Rhett, met des années à se tourner autour. On sent bien qu’ils sont parfaitement faits l’un pour l’autre et Rhett a un tel potentiel avec son insolence, son air moqueur et en même temps, sa présence rassurante. Scarlett va mettre beaucoup de temps avant de réaliser qu’il est toujours au bon endroit, au bon moment.

De son côté, elle préfère entretenir un amour rêvé pour cet Ashley que je n’ai, pour ma part, jamais pu supporter.

En conclusion,

j’ai quand même envie de dire que Scarlett est une sacrée garce. On peut louer son sens pratique, sa volonté, son courage mais il faut quand même se rendre à l’évidence : personne n’aimerait l’avoir pour amie. Je n’ai pas vraiment l’habitude de lire des romans avec des héroïnes si…agaçantes mais soyons honnêtes, l’histoire d’Autant en emporte le vent aurait-elle eu autant d’intérêt avec une héroïne gentille et compréhensive ? Sans doute que non. Je regrette néanmoins que l’auteur n’ai pas donné une once de gentillesse à Scarlett. Un personnage plus nuancé aurait peut-être été plus touchant.

Malgré quelques bémols et notamment, quelques longueurs à certains moment, reste enchantée par cette relecture !

Vous voulez lire l’avis de Zofia ?

[lien à venir]

Lesfillesdemrsbennet

ps : comme j’avais déjà lu ce roman, je ne considère pas qu’il faisait partie de ma PAL ce qui m’empêche de faire diminuer cette dernière. Quand on sait le temps que m’a pris cette lecture de plus de 1000 pages, j’ai quand même un peu les boules  ! ^^

ps n°2 : Olivia Mary de Havilland, qui interprète Mélanie dans le film, est toujours vivante et a eu 100 ans début juillet ! Comme quoi, jouer une gentille, ça conserve.

ps n°3 : oui, j’ai fait le choix d’illustrer cet article avec les images du film tout simplement parce que j’associe totalement les deux. Et puis quelques images permettent toujours de couper un peu un long blabla.

13 comments

    • Audrey says:

      Il est tellement CULTE !
      A lire au moins une fois dans sa vie je pense !
      Cette relecture m’a donné envie de revoir encore une fois le film pour ma part ^^

  1. Zofia says:

    Ravie d’avoir fait cette lecture commune 🙂
    Je trouve que Scarlett manque un peu d’humanité et c’est dommage car elle aurait été un peu plus attachante et je pense que j’aurais adoré le roman, là elle m’a vraiment trop agacée par moments 🙁
    J’ai bien aimé ce livre mais pas de coup de cœur malheureusement, mais je suis contente de l’avoir lu.
    Zofia Articles récents…Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, challenge Les filles de Mrs BennetMy Profile

    • Audrey says:

      Merci pour le lien !
      Je suis allée voir ça hier mais je t’avoue que, connaissant déjà très bien le film, je n’ai pas eu le cœur à regarder en entier ! Quand tu connais l’histoire par coeur, c’est un peu long. Surtout que je ne suis pas non plus une inconditionnelle. Mais j’ai quand même pris la peine d’écouter certains passages. C’est très détaillé et le monsieur en question a fait un travail de dingue pour tourner cette vidéo. J’irai voir ce qu’il a fait d’autre car je ne le connaissais pas !

      A l’époque de ma découverte du film, j’avais lu pas mal de choses sur le tournage et cie, avec notamment tous les problèmes de réalisation qu’il y a pu avoir. A se demander COMMENT ils ont réussi à le terminer.

      Après, je ne partage pas forcément tous les points de vue du mec, sur l’histoire en tant que telle (même si j’espère avoir eu assez de recul pour en rire malgré tout car certaines réflexions sont très vraies). Je ne suis également pas forcément d’accord avec son discours sur « ne vous forcez pas à voir les classiques ou ce n’est pas parce que c’est un classique que le film est bon ».

      Je reste très attachée à la notion de culture générale (je crois que c’est à cause de mon père) et je reste persuadée que tout le monde devrait avoir vu les grands classiques du cinéma, ne serait ce que pour se faire un avis et affuter ses propres goûts. Quand j’étais en licence, j’ai emprunté beaucoup de VHS à la médiathèque de la fac (je ne suis pas si vieille hein mais mes parents avaient encore un lecteur cassette et il y avait plus de VHS que de DVD dans les rayons) et j’ai vu beaucoup beaucoup de vieux films. C’est un peu pareil en littérature, si tu aimes lire, tu ne peux pas faire l’impasse sur certains classiques. Mais bon, je sais que je suis un peu intégriste sur ce point là et j’ai bien compris que son discours avait surtout une vocation déculpabilisante pour ceux et celles qui avaient « honte » de ne pas avoir vu certains films tout en ayant aucune envie de les voir 😀 Et je suis bien loin d’avoir une grande culture ciné, j’ai aussi plein de lacunes ! Mais j’espère avoir une longue vie pour les combler ! ^^

  2. sanasan says:

    Je pense que Kerry voulait plutôt te dire que ta chronique était excellente !! Ce en quoi, je la rejoins totalement !! Je suis entièrement d’accord avec toi à tout point de vu. Analyse très fine et très juste. Vraiment chapeau !! Cela étant dit, je ne me souvenais pas du tout que Scarlett était aussi mauvaise. Ce n’est pas un paragon de vertu,ça c’est sur, mais je n’avais aucun souvenir du côté cynique et cruel dont tu parles. Mais je n’en doute pas du tout. Il faudrait que je le relise un jour 🙂
    sanasan Articles récents…TAG : What’s in my bag !!My Profile

    • Audrey says:

      Je lui ai dit ça parce que j’avais l’impression d’en avoir fait des tonnes et d’avoir fait super long et je sais que les critiques trop longues sont pas forcément très appréciées… ^^

      Sinon merci pour le compliment 🙂

      Moi non plus, je ne me souvenais pas à quel point Scarlett était horrible. Sa cruauté est présente mais moins accentuée dans le film je trouve et j’avais forcément plus de souvenirs du film que du bouquin… Elle était assez choquante parfois, dans sa manière de penser !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge