Carnage

Sortie : 07/12/2011

Note : 4/5


Tout commence avec une dispute. Une dispute musclée entre deux gamins de onze ans qui finit avec deux dents cassées à coup de bâton. Les parents des deux morveux décident de se rencontrer. Si, au départ, cette conversation était plutôt axée sur le ton de la cordialité, plus le temps passe et plus la politesse et, doit-on le dire, l’hypocrisie, laissent place aux vrais visages de deux couples pas forcément fait pour s’entendre.

J’ai enfin vu le dernier Polanski et j’en suis tout à fait satisfaite. Au milieu de la horde de films plus que moyens que j’ai pu voir ces derniers, voir un film qui tient la route et surtout, qui me tient en haleine (ok, il ne dure que 1h20 à peine mais quand même !) jusqu’à la fin, c’est appréciable !

J’étais particulièrement heureuse de voir au casting deux actrices que j’aime beaucoup, c’est-à-dire Jodie Foster et Kate Winslet, des actrices et des femmes très différentes mais qui, à mes yeux, ont la même dose de talent qui leur coule dans les veines.

Le film, adapté d’une pièce de théâtre, fonctionne sur le schéma du huit clos. Autrement dit : les deux couples ne sortiront jamais de l’appartement. Il y a des moments où des tentatives de départ sont amorcées par le couple invité, mais pour des raisons diverses, ces derniers finissent toujours par venir se rasseoir. Autant vous dire : les conditions scénaristiques font de ce film, un film très bavard. Les dialogues, très acérés, sont jouissifs.

D’un côté nous avons les parents de la victime. Un couple banal, des américains moyens. Madame écrit des livres sur l’Afrique, Monsieur vend des casseroles. De l’autre, des personnages plus bourgeois, avec plus de responsabilités, plus d’argent, un côté plus froid et guindé aussi, quelquefois. Dans Carnage, chacun prêche pour son église. Parle de sa vision de l’éducation, de la morale, de ce qui doit être fait ou non. Bref, les avis s’affrontent et les langues parlent vite les pédales.

Car oui, dans Carnage, ce qui est intéressant c’est que le ton mielleux du départ disparaît bien vite. Les masques tombent, les ego s’affrontent et les équipes se forment. Couple contre couple, femmes contre hommes, puis chacun pour soi à mesure que les reproches et les insinuations fusent.

Alors ok, certains diront : ah ouais ? c’est tout ? Et d’un côté, je suis bien d’accord. Polanski, c’est quand même Le pianiste, La neuvième porte, Tess, Rosemary’s Baby, Oliver Twist…Des films avec des thématiques très fortes, des films ambitieux, des véritables bijoux de mise en scène…À côté de ces derniers, Carnage fait un peu office de… De petit film de vacances. Projet accompli, très bien foutu et très bien réalisé, certes. Film agréable et fluide mais peut-être pas à la hauteur de ce qu’on attendait d’un tel réalisateur.

Malgré ces considérations, Carnage est une comédie noire qui se voit avec jubilation. C’est tout. Pour le reste, inutile de gâcher son plaisir en se posant des fausses questions. Il faut le voir et l’apprécier pour ce qu’il est. Point à la ligne.

This entry was posted in A voir.

5 comments

  1. zofia says:

    Malgré le scénario de départ qui peut être considéré comme faible, j’ai beaucoup aimé ce film, très bien joué. Je pense qu’il vaut mieux le voir en VO car les dialogues sont vraiment très savoureux. Les 4 acteurs sont tous excellents et rien que pour voir Kate Winslet gerber magistralement ça vaut le coup 😉

  2. Aurore says:

    Mille fois d’accord avec toi : le voir et l’apprécier, point à la ligne.
    Pour moi, il ne s’agit pas d’un film mineur, mais d’une prouesse. Rendre jouissif un huis clos au cinéma.
    Bravo !

    • petiteconne says:

      Oui voilà, pas la peine de se prendre la tête plus que ça… et bouder son plaisir. Cela reste un bel exercice de style qui n »aurait pas été réussi par tout le monde !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge