Before sunrise

Sortie :1995
Note : 3/5

Jesse est un jeune américain de vingt-cinq ans environ. De passage en Europe (il est allé voir sa copine qui passe un an en Espagne). Dans un train, entre Budapest et Vienne, il rencontre la charmante Céline, une étudiante française. Ils commencent à discuter, échangent des idées, des expériences, des anecdotes comme s’ils se connaissaient depuis des années. Arrivés à Vienne, Jesse, qui doit y prendre son avion dans 14 heures mais qui n’a pas de quoi se payer un hôtel, propose à Céline de l’accompagner et de visiter la ville avec lui durant le laps de temps qui le sépare de son vol. Intriguée, séduite, elle accepte sans hésiter.

Before sunrise est un film qui peut se caractériser en quelques mots : beaucoup de dialogues, peu d’actions. Le fait est que les deux personnages, étrangers l’un à l’autre, ont pourtant des tonnes de choses à se dire et ce, dès les premières secondes de leur coup de foudre. Les spectateurs se trouvent alors très vite aspirés par le tourbillon de leurs mots, de leurs confidences et voient nettement naître à l’écran un idylle parfaite : celle de deux jeunes adultes qui, sans se connaître, sont totalement connectés l’un à l’autre.

Si le thème du film est évidemment LA rencontre amoureuse d’une vie, le film en lui-même n’a absolument rien de cucul et va, finalement, à l’encontre des scènes qu’on a l’habitude de voir dans ce genre de films. Des baisers oui, des déclarations à demi-mots ok, des étreintes sous les étoiles, d’accord…mais rien de très dégoulinant, pas de romantisme à deux centimes d’euros, juste deux personnes qui se plaisent, qui viennent de se rencontrer, qui vont bientôt se séparer et qui profitent des quelques heures qu’il leur reste.

Ni ados, ni vraiment adultes, les deux personnages évoluent dans un univers de l’entre-deux, pas certains d’avoir envie de rentrer dans l’âge adulte et dans toutes les responsabilités et les devoirs que cela induit. Vivre au jour le jour, se laisser porter par ses envies et saisir toutes les opportunités, voilà un peu le message qui transpire de Before Sunrise.

Bien sûr, on peut reprocher à ce film de ne proposer aucune mise en scène. C’est vrai, cette ballade de cartes postales dans une ville magnifique mais presque vide, ces monuments, ces rues…tout cela est très joli mais ne propose pas grand-chose d’autre à l’œil du spectateur. Avoir trouvé un décor suffisamment joli pour nous occuper suffit-il vraiment ? Beaucoup trop de blablas au bout d’un moment aussi. Certains, au moment de la sortie du film, avaient d’ailleurs évoqué « un ramassis de banalités  sur la vie ». Il faut dire que Jesse et Céline sont des personnes comme les autres, avec leurs angoisses banales, leurs histoires banales… Et alors ?

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.