Apporte-moi de l'amour – Charles Bukowski

Note : 3/5

Apporte-moi de l’amour est un court petit livre, pas cher et vite lu. Il est composé de deux courtes nouvelles : Apporte-moi de l’amour et There’s no business.

  • Apporte-moi de l’amour

« Harry descendit les marches qui menaient au jardin. Il y avait beaucoup de patients dehors. On lui avait dit que sa femme, Gloria, s’y trouvait aussi. Il la vit assise seule à une table. Il l’approcha par le travers, légèrement de trois quarts arrière. Il contourna la table et s’assit en face d’elle ».

Dans cette première nouvelle, un homme rend visite à sa femme, apparemment internée pour des petits problèmes mentaux que l’on devine être en partie dûs au comportement léger de son mari. J’ai bien aimé cette nouvelle car j’en ai trouvé le style particulièrement cinématographique. Comprendre : en lisant tu t’imagines totalement la scène. Alors qu’au départ, ma sympathie allait plutôt au mari, j’ai vite retourné ma veste et porté tout mon intérêt à cette femme à moitié folle (ou trop lucide). Cependant, j’ai vraiment trouvé que la nouvelle finissait étrangement.

  • There’s no business

« Manny Hyman était dans le show-business depuis l’âge de seize ans. Quarante ans de galère et même pas de quoi s’offrir une cuvette pour gerber dedans. Il opérait dans l’un des salons du Sunset Hotel. Le petit salon.Lui, Manny, incarnait « Le Comique ». Vegas avait changé ».

Cette nouvelle met en scène la confrontation entre deux hommes : le chargé des attractions d’un hôtel et un comique sur le déclin pour qui les salles combles semblent être un très lointain souvenir. Il faut dire qu’un comique à l’humour un peu trop noir et surtout, trop ancré dans le quotidien 100% crise, ne fait plus venir grand monde. S’il ne fait pas d’efforts, s’il ne se renouvelle pas, c’est clair qu’on le fout à la porte direct.

Encore une fois, Bukowski taille dans le vif et nous donne à voir le portrait d’un homme à la dérive et qui n’a plus sa place dans le présent. Le truc le plus horrible c’est que son successeur, un jeune imbécile, va venir remplacer cet homme dont on ne veut plus entendre les vérités. J’ai préféré cette nouvelle à la première car je l’ai trouvée bien plus cruelle. Et le décor décrit tout autour inspire une ambiance assez glauque et gluante qui me plait bien.

This entry was posted in A lire.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.