After.life

Sortie 2009

3/5

Anna est une jeune femme plutôt mal dans sa vie. Coincée entre son boulot de prof, une mère un peu malade et un presque-fiancé qu’elle passe son temps à repousser, on dirait qu’elle n’attend pas grand-chose de l’existence… Un soir, suite à une violente dispute avec son amoureux, elle prend la voiture. Il pleut, elle pleure, elle est énervée, elle roule trop vite,… Vous avez compris la suite ? Accident, bien sûr.

Quand on retrouve Anna, elle est couchée dans une morgue. Le teint pâle, une égratignure sur le front, le corps froid et immobile… Évidemment, elle n’a pas survécu. Et puis, à notre plus grande surprise, la voilà qui ouvre les yeux et qui commence à dialoguer avec son croque-mort, celui qui va la préparer pour son enterrement.

La suite ? De nombreuses conversations s’enchaîneront sur le sens de la vie, la mort, les regrets, l’envie de vivre, le fait de gâcher une vie, de ne pas aller au bout des choses… Des thèmes un peu « bateau » à mon humble avis mais la stupeur, la colère, la mélancolie, l’acceptation sont des sentiments qui ont été très bien rendus et à partir du moment où ça paraît sincère, j’adhère. D’ailleurs, difficile de ne pas s’imaginer à la place de l’héroïne et de se dire : Est-ce que je fais franchement les choses bien ou suis-je une peureuse, comme elle ?

Mais Anna est-elle réellement morte comme tout tend à nous le faire croire ? Le croque-mort a-t-il vraiment un don pour parler avec les morts ? Certains éléments nous feront douter tout au long du film, nous faisant tantôt pencher pour la vie, tantôt pencher pour la mort…mais la préservation de la clef de l’histoire m’empêche d’aller plus loin dans mes propos.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce film, c’est l’ambiance, les couleurs qui créent un univers angoissant dans lequel on se sent aspirés. Les scènes dans le funérarium sont glaciales et totalement fascinantes, limites surnaturelles. Christina Ricci est parfaite dans ce rôle un peu étrange de fille entre la vie et la mort.

Ce que je n’ai pas aimé : je soupçonne au scénario d’avoir quelques faiblesses, j’ai parfois eu l’impression qu’on se foutait un peu de notre gueule car certains faits ne s’enchaînent pas de manière crédible, mais j’ai sciemment décidé de mettre mon cerveau sur pause car, à trop se poser de questions sur le moment, on risque de se gâcher le film. Légère impression qu’il faut tout accepter en bloc, ou tout rejeter.

This entry was posted in A voir.

2 comments

Laisser un commentaire

CommentLuv badge