Critique Le condamné de Noël, Anne Perry

Depuis une grosse dizaine d’années je crois, Anne Perry propose une série « Histoires de Noël ». Ce sont toujours des enquêtes policières mais elles se passent à l’époque des fêtes de Noël et mettent souvent en scène des personnages secondaires de ses autres séries. Du moins, c’est comme ça que j’ai compris la chose. Je n’en avais encore jamais lu et si j’ai commencé par Le condamné de Noël, c’est avant tout parce que j’aimais bien la couverture et qu’il était vraiment pas cher (merci, le marché de l’occasion !).

9782264066855L’histoire

Londres, 1868. Alors que la période de Noël commence,  Claudine Burroughs ne se sent pas joyeuse à l’idée des bals sans fin, des obligations sociales et des évènements somptueux. Venir en aide aux femmes dans le besoin à la clinique Hester Monk lui a ouvert les yeux sur un autre monde, et le fait que son mari n’approuve pas ce choix la rend malheureuse. Mais les deux univers qu’elle côtoie vont bientôt se rencontrer. Lors d’un gala de Noël, une femme est brutalement battue, et il apparaît rapidement qu’il s’agit d’une prostituée invitée clandestinement par l’un des invités. Le poète Dai Tregarron, accusé d’être l’agresseur, prétend qu’il ne faisait que protéger cette femme contre la violence de trois riches jeunes hommes. Claudine croit en l’histoire de Dai, mais face au rang social qui joue en sa défaveur, comment peut-elle prouver son innocence sans tout risquer ?

Mon avis

Autant vous le dire tout de suite, j’ai lu trop peu de Monk pour avoir déjà rencontré Claudine Burroughs. J’imagine en effet qu’on la croise dans un autre volume car dans ce livre, il est souvent question de faits passés qui, tout en étant clairement évoqués, ne sont pas plus explicités que cela, ce qui intrigue forcément. Anne Perry parle visiblement d’une autre enquête à laquelle Claudine s’est frottée… J’aurais donc certainement la réponse à certaines de mes questions en continuant de lire les aventures de l’enquêteur amnésique.

Bon.

Est-ce parce que je n’avais pas lu d’Anne Perry depuis un bail ? Ou parce que j’ai dévoré ces 185 pages en un dimanche (j’adore lire un livre en une journée, pas vous ?) ? Le fait est que j’ai beaucoup aimé ma lecture.

Il faut bien le dire, Claudine Burroughs enquête de la même manière qu’Emily ou que Charlotte et profite de son statut ainsi que de ses relations mondaines pour interroger, papoter avec une fausse innocence et amener ses messieurs-dames à cracher le morceau, entre deux tasses de thé.

Ainsi, l’enquête ne brille pas par son originalité mais le courage de Claudine, l’étrangeté du personnage Squeaky qui l’aide dans ses recherches et l’ambiguïté du coupable présumé, le fameux Dai Tregarron, rendent l’intrigue assez agréable à suivre.

Je ne vous cacherai pas que, dès le début du livre, on comprend le pourquoi du comment. Le suspens ne concerne donc pas directement la désignation du coupable mais plutôt comment Claudine va réussir à rétablir la vérité. Bien sûr, une enquête de police est menée de manière parallèle mais l’auteur ne s’y intéresse pas. On ne croise aucun enquêteur professionnel et, dans sa course contre la montre, Claudine n’a aucun rapport avec la police.

Bien sûr, comme toujours chez Anne Perry, nous avons ici une grosse dénonciation de l’hypocrisie victorienne avec ces grandes familles influentes qui se protègent les unes les autres pour éviter les scandales… et qui sont, du goût de Claudine, bien éloignées de ce fameux « esprit de Noël » auquel elle tient tout particulièrement.

En Bref,

Femme mûre, coincé avec Wallace, un mari qu’elle n’a jamais aimé mais infirmière à ses heures et surtout, femme courageuse et éprise de justice, Claudine est une belle découverte et apporte tout son intérêt à cette histoire de Noël ! Plus une histoire d’ambiance que de suspens haletant, ce court roman se grignote avec le plus grand plaisir. Certains disent qu’il s’agit de la meilleure histoire de Noël d’Anne Perry… à voir ! Je me suis déjà acheté La Promesse de Noël ce qui me permettra de replonger dans cette atmosphère hivernale d’ici quelques jours !

111930292_o

8 comments

  1. Kitsy says:

    Alors moi je crois que j’ai lu La disparue de Noël d’Anne Perry, mais ça fait un bail je dois dire. Je me souviens que j’avais beaucoup aimé en tout cas. En même temps on allie une auteure que j’adore, l’époque victorienne et Noël, que demandez de plus? Il faut que je me procure les autres tomes pour décembre !
    Kitsy Articles récents…La Curée (Emile Zola)My Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge