8 fois debout

Film français

Date de sortie : 14/04/2010

Note : 2.5/5

Sept fois à terre, huit fois debout. Elsa est une femme un peu à la dérive, elle vit de petits boulots et passe, de temps en temps, des entretiens pour essayer de décrocher un vrai contrat d’embauche. Si elle travaillait à plein temps, elle pourrait peut-être récupérer la garde de son fils de 10ans qu’elle n’a le droit de voir qu’un week-end sur deux (qu’elle annule systématiquement). Cela améliorerait également sa situation financière car elle est à deux doigts de se faire jeter dehors par son proprio. Mathieu, son voisin de palier a à peu près le même profil. Il ne trouve pas d’emploi, cumule les échecs. Dans une situation de plus en plus précaire, tous deux cherchent à se faire une place dans un monde qui semble les rejeter, qu’importe leurs efforts.

Julie Gayet, Denis Podalydès,

Malgré des thèmes qui auraient pu être tristes et déprimants (chômage, parents séparés, SDF,…) , ce film reste léger et ce sentiment apparaît dès le générique, très fantaisiste. On ne choisit pas la facilité, on ne va pas chercher à nous faire pleurer sur la vie et sur les emmerdes des personnages. On les suit dans leurs pérégrinations, dans leurs échecs, dans leurs espoirs aussi et on apprécie,comment dire, leur capacité à se dire que tout va s’arranger. Il faut le voir, le Matthieu (Denis Podalydès), avec sa tente plantée au milieu des bois, presque heureux d’être là quand beaucoup seraient six pieds sous terre à sa place. Il n’y a aucun cynisme (sans pour autant que les propos soient naïfs), beaucoup d’humour et cela nous permet, entre autres, d’apprécier des personnages plutôt hauts en couleur (mais un peu boulets quand même, sur les bords). Julie Gayet est tout à fait convaincante dans son rôle de femme dépassée par les évènements. Par sa propre vie. De petits jobs au noir, en petites magouilles, on comprend que ce personnage a un petit souci quand même, incapable de se tenir à un choix de vie, elle erre et semble ne vouloir s’accrocher à rien. Voilà pourquoi je me demande si, finalement, elle a vraiment envie de s’en sortir.

Néanmoins, la grande lenteur du film, sûrement voulue, m’a vraiment posé problème et j’ai trouvé que ce film durait des plombes (alors qu’il dépasse à peine les 1h30)! J’aurais pu mettre un peu plus de la moyenne s’il y avait eu un peu plus de rythme. De plus, j’ai été déçue, je pensais qu’on allait plus voir le personnage de Matthieu alors que, finalement, Elsa ne fait que le rencontrer en pointillés. J’aimais bien le personnage et je le trouve vraiment sous exploité.

8 fois debout est un film qui a une qualité, celle de parler de personnages perdus et bancals sans nous faire éprouver de la pitié pour eux. Certains les trouveront un peu boulets, d’autres touchants, d’autres encore se reconnaîtront en eux. Tout dépend de sa propre expérience finalement. Un petit film à voir une fois.

This entry was posted in A voir.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.