Critique Yesterday’s Gone : Season One (épisode 1 à 4), Sean Platt et David Wright

Oui, aujourd’hui je vous parle bien de livres et non pas d’une énième série télé américaine sur la fin du monde !

12715758_177031382666924_2949375443633852789_nSean Platt et David Wright ont fait le pari d’écrire et de publier une série littéraire en plusieurs épisodes. Fans de séries TV et de pop culture, ils nous proposent ici 4 épisodes de SF reliés en deux tomes.

L’histoire qu’ils nous livrent est totalement dans la veine post-apocalyptique : une nuit, à 2h15 du matin exactement, environ 99 % de la population s’est tout simplement volatilisée. Au réveil, les survivants se retrouvent dans un monde presque vide, un monde hostile et en mutation étant donné que même certains bâtiments commencent à disparaître.

Nous suivons le réveil et les aventures d’une poignée de personnages. Chacun d’entre eux a son propre chapitre et sa propre localisation géographique. C’est comme ça qu’on comprend que le phénomène s’est abattu sur la totalité des États-Unis (et sans doute, sur le monde entier).

Les profils des personnages sont variés. On a Brent, journaliste à New York qui espère retrouver sa femme et son fils. Charlie qui vit en Floride et qui aurait bien aimé que son beau-père fasse partie des disparus (mais ironiquement, il est toujours là). Luca, un enfant un peu étrange qui prend son vélo pour se rendre au Mexique (car il est certain que ses parents y sont). Ou encore Boricio, un tueur en série à la gueule d’ange qui commence son périple à La Nouvelle Orléans. Pour ne citer qu’eux ! tome2

Tous ont une manière bien particulière de réagir à ce phénomène inexplicable. Brent, en pleine ville, comprend vite que ces disparitions vont de pair avec un danger imminent. Ceux qui vivent dans des coins plus reculés espèrent que la ville voisine n’a pas été touchée. Mais tous sont légèrement inquiets. Voire très inquiets. Même s’ils ne comprennent pas grand chose… Sauf notre tueur qui trouve ça plutôt sympa (mais qui s’inquiète de ne plus croiser grand monde à tuer).

Bref.

Est ce que ça m’a plu ?

Yesterday_s_gone_saison_1_episode_3_La_peur_du_noirYesterday_s_gone_saison_1_episode_4_Come_together

J’ai lu les deux premiers épisodes avec un plaisir non feint. Il faut dire que j’aime beaucoup les récits post-apocalyptiques. Je trouve ça super excitant, effrayant et j’ai trouvé ces premiers épisodes super mystérieux. Bien sûr, j’avais pris quelques notes sur un carnet en parallèle de ma lecture car les chapitres, très courts, nous font découvrir près de 6 personnages différents avec des histoires, des localisations, des particularités dont je voulais me rappeler pour ne pas être perdue par la suite. Yesterday’s Gone fonctionne en effet comme un cycle : tu découvres chaque personnage dans un chapitre et quand tous y sont passés, le cycle recommence et on les retrouve là où on les a laissé la dernière fois.

Et c’est là que le bât blesse pour ma part.

Les épisodes 3 et 4 vont vite agacées car j’en ai vite eu assez de passer sans cesse d’un personnage à un autre. L’histoire n’avance pas. Les différentes expériences sont morcelées et d’une fois à l’autre, j’ai perdu tout intérêt pour les aventures des différents personnages. Je ne pense pas que ce genre de série littéraire soit pour moi : je préfère des chapitres longs, plus fouillés, avec plus de contenu d’un coup. La frustration, ça va un moment. Quand elle commence à s’installer, c’est tout simplement insupportable.

D’abord séduite par le principe de Yesterday’s Gone, j’ai vite eu du mal à me plonger dans le récit, beaucoup trop morcelé à mon goût. Les chapitres sont trop courts, l’intrigue trop hachée… Dommage ! Car la noirceur de l’histoire, l’ambiance pesante et le suspens omniprésent sont vraiment bien gérés par les auteurs. Néanmoins, je crois que je préfère voir ce genre d’histoire à l’écran plutôt que sur papier. 

 

A paraître le 10 mars 2016 chez Fleuve éditions et les éditions 12-21

6 comments

  1. Zofia says:

    Un auteur français, Henri Loevenbruck que tu connais sans doute de nom a fait lui aussi une série en livre, ça s’appelle Sérum. Je me rappelle avoir lu de bons avis dessus mais je ne m’étais pas lancée faute d’autres priorités mais ça m’intéresse. Surtout maintenant que j’en reparle et que je suis allée voir le site qui est assez intriguant ! ^^
    http://www.serum-online.com/
    Zofia Articles récents…RAT a Week, Winter Edition, dernière semaine !My Profile

    • Audrey says:

      Alors non je connais pas du tout Henri Loevenbruck et je savais encore moins qu’il avait écrit une série ! Merci pour l’info ! c’est assez intriguant en effet !

      • Audrey says:

        Je viens d’aller voir les différents tomes et chaque épisode fait environ 200 pages et c’est de bon augure… Les épisodes de Yesterday’s Gone sont trop courts (200 pages pour le premier mais seulement 80 pour le 3 et le 4)

Laisser un commentaire

CommentLuv badge