Sur les traces d’Anna Nicole Smith avec Blonde à forte poitrine, de Camille de Peretti

Même si elle est finalement toute simple, j’avais craqué pour la couverture de ce livre : son noir mat et ses lettres roses (façon néon) en relief avaient un petit truc attractif ! Le hasard fait bien les choses, ce livre faisait partie de la box qui m’a été offerte par Babelio.

Il sort le 8 Février !

blonde_plat_1

Pour commencer, j’avoue que je n’ai pas trop trop compris le principe de départ de ce livre qui commence avec une citation de la célèbre (décédée en 2007) playmate Anna Nicole Smith. Camille de Peretti nous explique également qu’elle s’est fortement inspirée d’une histoire vraie pour donner vie à son personnage principal mais que les autres restent fictifs. Du coup, peut-on dire qu’il s’agit d’une sorte de biographie romancée ? La référence à cette blonde à forte poitrine est totalement assumée par l’auteur puisque le prénom de Vickie, notre héroïne, est aussi le vrai prénom d’Anna. Son héroïne va passer par les mêmes étapes, les mêmes drames et connaître la même fin.

L’histoire

Enceinte à 17 ans, Vickie se fait jeter par sa mère, par sa belle famille puis à nouveau par sa mère et part finalement sur les routes avec son bébé. Elle finira par atterrir dans un club de striptease et s’y fera vite remarquer. Il faut dire qu’avec ses longues jambes, son corps de déesse et ses airs d’ingénue, elle excite tous les hommes de la région… Vickie va vite comprendre que son corps, et ses seins en particulier, sont les meilleurs atouts pour réussir dans la vie.

Mon avis

Certes, ce livre est sympa. Il est sympa mais je ne sais pas trop pourquoi il a été écrit. Je n’ai pas vraiment compris le message de l’auteur. J’avoue qu’il me laisse assez perplexe….

Pourtant c’est vrai, j’ai suivi les aventures de Vickie avec intérêt. Ses débuts de fille sans histoires, timide, naïve, confiante. Son passage du côté obscur de la force avec ses débuts dans le striptease, ses opérations de chirurgie esthétique (au détriment de sa santé et notamment de son pauvre dos), son addiction aux médicaments, ses photos de charme, ses débuts en tant qu’escort… Une vie de vices, de débordements et d’abus.

Si Vickie se démarque par une certaine passivité face à l’adversité (préférant avaler des pilules plutôt que de se battre), elle n’en est pas moins émouvante et touchante par sa simplicité. Très belle et désirable, elle a  toujours eu des rêves sans faste particulier et surtout n’a toujours eu qu’une envie, être aimée. D’ailleurs, elle adore son fils, Tom. Lui, devenu ado, a honte d’elle. Tout en l’aimant d’un amour inconditionnel. Lui aussi aura une fin tragique. Autour, les hommes gravitent et ne rêvent qu’à une chose : culbuter la belle blonde. A part ça, Vickie apparait comme une femme bien seule et bien vulnérable…

Tout au long du roman, Vickie va passer son temps à faire les mauvais choix. Jamais conseillée, rarement épaulée, elle plane. Personnellement, je n’ai pas eu envie de la juger pour ça : l’auteur met le paquet pour la rendre attendrissante (du moins, c’est mon impression) mais j’ai quand même trouvé qu’elle manquait un peu de poigne et de caractère. Le fait qu’elle ne rencontre que les mauvaises personnes (à part le très vieux milliardaire qui l’épouse ( J.Howard Marshall avait 88 ans quand il a épousé anna nicole smith)) n’est peut-être pas forcément une excuse…

Du coup, je n’ai pas réussi à m’investir émotionnellement dans le livre. Certains passages dramatiques m’ont peiné. Mais sans plus. Je crois que cette lecture, bien que plaisante, restera anecdotique pour moi.

J’ai lu Blonde à forte poitrine en 24 heures. Malgré tout, je ne comprends pas vraiment les motivations de l’auteur. En nous racontant le parcours de cette femme et sa descente aux enfers, qu’a-t-elle voulu nous dire ? J’ai également du mal avec le fait que l’histoire soit faussement fictive. Je peux comprendre que le parcours de la très sulfureuse Anna Nicole Smith puisse interroger mais j’aurais aimé qu’il soit traité sous une autre forme. Je ne peux pas vous en déconseiller la lecture mais ne le conseille pourtant pas spécialement ! A vous de voir !

5 comments

  1. sanasan says:

    Je passe mon tour, les biographies ne me branchent pas en général. Alors en plus celle de la très médiatique Anna Nicole Smith encore moins. Cela dit c’est une femme qui a chacun de ses passages tv me causait une peine infinie sans trop savoir pourquoi. J’avais eu vent comme tout le monde de ses nombreux déboires familiaux ceci explique peut-être cela?
    sanasan Articles récents…The book of Ivy d’Amy EngelMy Profile

  2. zofia says:

    Comme Sanasan, les biographies ne me tentent pas spécialement mais alors celle d’Anna Nicole Smith, encore moins, j’ai du mal à y trouver un intérêt. Je ne pensais pas du tout que c’était ça comme histoire ! je ne sais pas pourquoi je pensais à un polar où la victime était une blonde à forte poitrine, dont la personnalité aurait été plus riche que celle d’une fille à forte poitrine ^^

  3. Audrey says:

    Attention les filles, je n’ai pas dit que ce livre était une biographie. J’ai parlé de biographie romancée et encore, en me posant la question sur la justesse d’une telle appellation. On est quand même dans le roman. Ce livre n’a pas le côté aride que peut avoir une biographie (du moins, l’idée que je m’en fais, j’ai en lu pas mal à une époque mais j’ai lâché l’affaire).

      • Audrey says:

        Oh t’es dure qd même ^^! Évidemment, cette femme, c’était pas Marie Curie mais j’ai jamais eu une mauvaise image d’elle. Comme dit Sanasan, il y avait quelque chose en elle qui faisait de la peine. Et puis moi j’aime assez les histoires américaines de filles paumées.

        Même si à mes yeux, elles ne sont pas comparables, j’ai trouvé plein de points communs entre Marilyn Monroe, sans doute la seule personne dont j’ai lu des tonnes de bio et Anna Nicole Smith. Des femmes qui ont existe (pour certains) que pour leur aura sexuelle, des blondes paumées, accro aux médocs, des femmes objet que personne n’a jamais pris au sérieux. Elles sont toutes les deux mortes avant 40 ans. Certes, Marilyn a joué dans classiques du ciné hollywoodiens et avait plus de cervelle que ce qu’on pensait, mais on l’a usée et essorée toute sa vie. Comme cette playmate. Et je trouve ça triste !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge