Critique La dernière expérience, Annelie WENDEBERG

Résumé

Après une première enquête menée avec Sherlock Holmes (voir Le Diable de la Tamise), Anna Kronberg s’est retirée dans son cottage du Sussex. La jeune femme médecin pensait qu’elle et son célèbre coéquipier étaient parvenus à annihiler une organisation secrète qui expérimentait des bactéries pour en faire des armes de guerre. Mais le professeur Moriarty, véritable dirigeant de l’organisation, a survécu.
Et il a décidé d’utiliser Anna pour entamer des recherches sur la peste… Pour arriver à ses fins, Moriarty kidnappe Anna ainsi que son père. Si la jeune femme veut revoir ce dernier en vie, elle devra obéir. Vivant désormais sous haute surveillance entre la demeure luxueuse de son geôlier à Londres et un entrepôt où elle réalise ses expériences, Anna tente de trouver un moyen pour prendre contact avec Holmes.
Alors qu’elle fomente le meurtre de Moriarty, une relation ambiguë s’instaure avec cet homme violent, manipulateur et effrayant.

Mon avis

Quand on voit une couverture aussi belle que celle de La dernière expérience, un roman d’Annelie WENDEBERG, sorti le 11 Mai aux éditions Presses de la Cité, on ne peut qu’avoir envie de découvrir ce qui se trouve à l’intérieur.

Ce roman est un tome deux, comprendre : dans un tome 1, on suit une première enquête et surtout, on assiste à la rencontre entre Anna et Sherlock Holmes. Ce second volume nous plonge directement dans l’action (sans doute là où s’est terminé le premier) mais cela n’est pas dérangeant pour autant car l’auteure nous donne tous les indices dont nous avons besoin pour nous immerger facilement dans l’histoire.

Un personnage féminin fascinant

Le premier intérêt de ce roman, c’est son personnage féminin : Anna Kronberg. Jeune allemande, médecin et bactériologiste, elle est intelligente, maligne, attentive aux moindres détails et pleine de caractère. Ce n’est assurément pas une victime et elle va constamment chercher à désobéir à Moriarty tout en évitant de provoquer ses foudres, un jeu dangereux qui va nécessiter toute son énergie et tout son savoir-faire. Son atout ? Être une femme dans un monde d’hommes. Que dis-je ? Être une femme-génie dans un monde où tous les hommes considèrent les représentantes du sexe faible comme des inférieures sur tous les plans. Autant vous dire que notre cher Moriarty, qui n’a pas vraiment l’habitude de traiter avec ce genre de profil, va en être souvent décontenancé.

Qui ment ? Qui est le plus malin ? Qui est sincère ? Qui gagnera cette bataille qui se transforme peu à peu en jeu de séduction ?

Pas vraiment un polar

La dernière expérience n’est donc pas vraiment un polar : nous nous concentrons sur le personnage d’Anna et celui de Holmes n’apparait que très tardivement dans le roman. J’avoue que je m’attendais à un peu plus d’action et peut-être pas à autant de joutes verbales. On ne peut nier que le roman comporte quand même beaucoup de mystères et de tensions, des éléments qui séduiront le amateurs de roman à suspens.

A tort, je pensais que la question des armes bactériologiques était moderne mais l’auteure m’a prouvé que non et que de tous temps, les hommes ont utilisé les maladies pour tenir leurs ennemis à distance, voire pour les exterminer, un thème particulièrement intéressant et riche en enseignements

Une écriture fluide, agréable, en un mot : un roman brillant !

Si vous arrivez à passer outre le manque d’enquête pure et dure, vous apprécierez ce roman pour sa qualité d’écriture, son ambiance si particulière, pour la qualité des descriptions et pour l’intérêt évident de ses dialogues. Annelie WENDEBERG nous offre ici un roman que j’ai envie de qualifier d’original car il n’était pas tout à fait similaire à l’idée que je m’en faisais. Mais il fallait s’y attendre : avec une héroïne telle qu’Anna, difficile de faire du « classique » !

5 comments

    • Audrey says:

      Non je ne l’ai pas lu 🙂
      Mais il est sorti en poche alors je me le prendrai un de ces quatre !
      C’est bien de l’historique, nous sommes bien dans le londres victorien mais le thème est original et Anna peut presque être considérée comme un personnage anachronique tant elle est moderne et en décalage avec son époque !

    • Audrey says:

      Ce n’est pas un « vrai » polar victorien mais il faut malgré tout le coup ! Mais il faudrait que je lise le tome 1 maintenant ! ^^

Laisser un commentaire

CommentLuv badge